Présentation de Melliflux Décadent

For an english version, please find below this text translated by Bénédicte Coste.

Melliflux Décadent est le carnet de recherche rattaché aux travaux que je mène au sein de l’Université de Bourgogne, en tant que chercheuse post-doctorale, sous la direction de Bénédicte Coste (Centre InterLangues : http://til.u-bourgogne.fr/equipe/enseignants-chercheurs/3-equipes/enseignants-chercheurs/343-benedicte-coste.html).

Mon travail consiste à développer une base de données, « Décabase », réalisée par Arnaud Millereux (Pôle Informatique de la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon) et dont l’hébergement sera assuré par la Direction du Numérique de l’Université de Bourgogne.

« Décabase » recueille des traductions et des mentions de traductions de textes britanniques décadents dans les périodiques français finiséculaires.

Ce projet découle des recherches conduites par le réseau « Decadence in translation, Decadence as translation » initié par Stefano Evangelista et Matthew Creasy (Université de Glasgow).

Il s’inspire également de la base de données « Intraduction – Traduire vers le français 18e-19e siècles », en particulier la base « Traductions littéraires vers le français (1840-1915) » constituée par Blaise Wilfert-Portal (ENS Ulm) et Claire Guérin (Artl@s), laquelle répertorie les traductions en poésie, théâtre et roman. Cette base de données s’appuie sur l’indexation des volumes 1 à 27 du Catalogue général de la librairie française d’Otto Lorenz et Daniel Jordell rassemblant des notices bibliographiques de livres publiés en français entre 1840 et 1915, visant à présenter les livres disponibles dans les librairies françaises du XIXe siècle et répertorie quelque 6 700 titres. Elle propose également des statistiques et se présente comme un outil précieux pour les chercheurs qui s’intéressent à l’histoire du livre et à celle des traductions. Les périodiques, qui constituent un support conséquent pour la diffusion de traductions plus courtes, quelle qu’en soit la langue, ne sont cependant pas pris en compte.

Parallèlement, Numapresse, coordonné par Marie-Ève Thérenty (Université Montpellier 3) et Olivier Bara (Université Lyon 2), dont l’objet est de mettre en lumière une histoire culturelle et littéraire de la presse française du XIXe siècle à aujourd’hui, est à l’origine d’une autre base de données, également intitulée « Numapresse ». Cette base est alimentée, pour l’instant, principalement par la base Petite presse, sous la direction d’Alain Vaillant et Julien Schuh (Université Paris Nanterre), consacrée au dépouillement de périodiques satiriques. Au sein d’un tel contexte – nous reviendrons très prochainement sur ce point dans deux billets –, la présence des mentions de traductions ne peut être que réduite, voire inexistante.

Le but de « Décabase » est de fournir à nouveaux frais un regard détaillé sur les traductions disponibles à la fin de siècle, en particulier celles des textes décadents, c’est-à-dire tant des textes reconnus comme tels par leurs contemporains que ceux que nous pouvons de nos jours considérer comme décadents. Il convient de noter qu’à la fin du XIXe siècle, les traductions de l’anglais vers le français ne sont pas nécessairement axées sur les auteurs décadents, y compris dans les périodiques français promouvant spécifiquement la décadence, le symbolisme ou la littérature d’avant-garde.

Si l’on trouve des traductions – poèmes, romans, théâtre, essais – au gré des colonnes des périodiques, les mentions de traductions apparaissent quant à elles généralement dans des sections dédiées, à travers un discours critique : les bibliographies et comptes rendus de publications récentes. Il est intéressant de noter qu’au début des années 1880, ces sections se trouvent généralement à la fin d’un fascicule sous le titre de « Littératures étrangères ». Au cours des années 1890, cette section se développe et se transforme progressivement en sous-sections consacrées à une langue européenne donnée.

Afin de savoir quels textes britanniques ont été traduits ou mentionnés dans divers périodiques français entre 1880 et 1914, Bénédicte Coste et moi-même avons sélectionné un certain nombre de périodiques qui nous semblaient les plus représentatifs, dont voici succinctement la liste :

  • Les deux revues littéraires attendues dans un tel dépouillement, reconnues pour leur cosmopolitisme : Le Mercure de France (1890-1965) et la Revue blanche (1891-1903).
Une du Rappel du 15 janvier 1882. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7531816c.item
  • Des périodiques généralistes comportant une section dédiée aux littératures étrangères : La Revue britannique (1825-1901) (sous-titrée : « Choix d’articles traduits des meilleurs écrits périodiques de la Grande-Bretagne, sur la littérature, les beaux-arts, les arts industriels, l’agriculture, le commerce, l’économie politique, les finances, la législation, etc., etc. », La Revue bleue (1863-1939), un quotidien : Le Rappel (1869-1933), enclave hugolienne, La Revue des Deux Mondes (1829-encore publiée de nos jours), La nouvelle Revue (1879-1935), plus littéraire, lancée afin de contrer le conservatisme de La Revue des Deux Mondes.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36075x?rk=21459;2
  • Un troisième regroupement, plus littéraire et artistique, incluant également les petites revues dont la parution ne dure que quelques années : La Revue littéraire et artistique (1879-1882), La Revue contemporaine littéraire, politique et philosophique (1885-1886), La Revue indépendante de littérature et d’art (1886-1888), L’Ermitage (1890-1906), La Vogue (1886-1900), Vers et prose (1905-1914) et Le Prisme (1905-1906).
https://www.abebooks.fr/servlet/BookDetailsPL?bi=30083736287&searchurl=n%3D100121503%26sortby%3D17%26tn%3Dermitage%2B1904&cm_sp=snippet-_-srp1-_-title1
Parfaitement!

En attendant la publication en ligne de « Décabase », sur le site de l’Université de Bourgogne, ce carnet de recherches se propose d’alimenter la réflexion sur les traductions d’auteurs anglais décadents dans les périodiques fin de siècle, au gré du dépouillement mené, mais pas seulement. Une telle plongée dans les périodiques est aussi l’occasion d’en extraire des textes qui nous semblent revêtir quelque intérêt, des curiosités, tout autant qu’à nous intéresser à des périodiques moins enclins à donner dans le cosmopolitisme.


Melliflux Décadent, the scientific blog for fin de siècle translations and mentions of British Decadent writings into French (translation by Bénédicte Coste)

Melliflux Décadent is the scientific blog showcasing the project I conduct under Prof. Bénédicte Coste (Université de Bourgogne, http://til.u-bourgogne.fr/equipe/enseignants-chercheurs/3-equipes/enseignants-chercheurs/343-benedicte-coste.html).

I develop ‘Décabase’, a database of translations and mentions of translations from English into French in French fin de siècle periodicals. This database has been made by Arnaud Millereux (Pôle Informatique, Maison des Sciences de l’Homme, Dijon) and will be hosted by the Digital Direction of the University of Burgundy.

This project takes its cue from several other projects:

  • The ‘Decadence in translation, Decadence as Translation’ led by Dr Stefano Evangelista (Oxford University) and Dr Matthew Creasy (University of Glasgow) which gathered international scholars with a strong interest in the Decadence and translation (2018/2019)
  • ‘Intraduction – Traduire vers le français 18e-19e siècles’ and its database ‘Traductions littéraires vers le français (1840-1915)’ led by Drs Blaise Wilfert and Claire Guérin (ENS Paris). This freely accessible database lists all translations of poetry, drama, and novel from English into French. Some 6,700 works available in French bookshops over that period are listed.
  • Numapresse, led by Prof. Marie-Ève Thérenty (Montpellier 3 University) and Prof. Olivier Bara ( Lyon 2 University ), whose purpose is to highlight a cultural and literary history of the French press from the 19th century to nowadays, and its eponymous database, mainly supplied by the ‘Petite presse’ base, led by Prof. Alain Vaillant and Dr. Julien Schuh (Paris Nanterre University). Within such a context, mentions of translations can be limited, if not non-existent.

The specificity of ‘Décabase’ is its exclusive focus on periodical literature, arguably an important conduit for translations, usually of shorter texts. ‘Décabase’ aims at offering an almost complete list of translations and mentions of translations of British Decadent texts (texts that were either recognized as such by their first readers or that have been since recognized by scholars) in the French periodicals between 1880 and 1914. In fact, the majority of translations or of mentions of translations in periodicals are not of Decadent texts even in magazines with a strong interest in Decadence, Symbolism or avant-garde literature.

Translations, whether of Decadent poems, novel excerpts, drama, and essays, are usually found in all sections of periodicals, but mentions of translations appear in specific sections  such as recent publications and book reviews. In the 1880s such neglected sections generally appeared at the end of an issue under the title ‘Littératures étrangères’. Within one decade, that section enjoyed a spectacular growth and developed into several sub-sections devoted to several European languages.

To attain a better knowledge of the circulation of translations, we have selected some representative periodicals such as:

  • Le Mercure de France (1890-1965) and La Revue Blanche (1891-1903), noted for their literary and artistic cosmopolitanism;
  • La Revue britannique (‘Choix d’articles traduits des meilleurs écrits périodiques de la Grande-Bretagne, sur la littérature, les beaux-arts, les arts industriels, l’agriculture, le commerce, l’économie politique, les finances, la législation, etc., etc.’ 1825-1901), for its exclusive interest in British writings;
Front page of Le Rappel (15 janvier 1882). https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7531816c.item
  • Generalist periodicals featuring a foreign literature section such as La Revue bleue (1863-1939); Le Rappel (1869-1933), a newspaper supporting Hugo and the French Republic; La Revue des Deux Mondes (1829/), La nouvelle Revue (1879-1935), a more literary periodical launched to counter the conservative politics of La Revue des Deux Mondes ;
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36075x?rk=21459;2
  • More literary and artistic little reviews such La Revue littéraire et artistique (1879-1882), La Revue contemporaine littéraire, politique et philosophique (1885-1886), La Revue indépendante de littérature et d’art (1886-1888), L’Ermitage (1890-1906), La Vogue (1886-1900), Vers et prose (1905-1914) and the provincial Le Prisme (1905-1906).
https://www.abebooks.fr/servlet/BookDetailsPL?bi=30083736287&searchurl=n%3D100121503%26sortby%3D17%26tn%3Dermitage%2B1904&cm_sp=snippet-_-srp1-_-title1
Yes!

‘Décabase’ will be published on the Université de Bourgogne’s repository. In the meantime, ‘Melliflux Décadent’ publishes notes and discusses findings about the presence of British Decadent writers in translation in some fin de siècle French periodicals as the indexing goes on. Such a foray into those sometimes long neglected sections provides many opportunities to uncover wonderful material, curiosities and jewels of translations in selected periodicals.

Cite this article as: Caroline Crépiat, "Présentation de Melliflux Décadent" in Melliflux décadent, 03/01/2020, https://mellifluxdk.hypotheses.org/183.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.