Une traduction récente de trois poèmes d’Ernest Dowson [par Bénédicte Coste]

Ernest Dowson, The poems of Ernest Dowson (London, John Lane, The Bodley Head 1922) https://archive.org/details/poemsofernestdow00dows/page/n9/mode/2up

Ernest Dowson n’est que l’un des nombreux poètes de la Décadence anglophone, connu de ses pairs en France au tournant du siècle avant de disparaître de la mémoire et de l’histoire de ce côté-ci de la Manche. Et d’abord des collections. Outre les éditions récentes de ses œuvres par R. K. R. Thornton, le catalogue de la BNF signale uniquement l’existence d’une réédition en 1940 à la Nonesuch Press de sa traduction des Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos, illustré par Chas Laborde1. L’édition originale de sa traduction2 paraît chez son éditeur et soutien Leonard Smithers3 en 1898. L’ouvrage est vendu par souscription (privately printed) afin de prévenir tout procès pour obscénité. Il s’agit pour Smithers d’offrir un texte subversif à des lecteurs anglophones. La démarche n’a pas été couronnée de succès, vraisemblablement parce que le prix du volume le réserve à un groupe restreint et donc susceptible de parler ou de lire le français. Pour sa part, la Nonesuch Press4 est l’une de ces maisons d’édition liées au renouveau de l’imprimerie et du livre (revival of printing) qui avaient fleuri dans les années 1890 puis dans les années 1920 pour produire de beaux ouvrages, à la typographie soignée et au design travaillé.

En 1922, la Nonesuch Press se donne comme objectif de produire de beaux livres, cette fois à un prix raisonnable en les faisant imprimer par des imprimeurs commerciaux (Kynoch Press), plutôt qu’au moyen d’une presse manuelle. Ses fondateurs sont Francis Meynell, Vera Mendel et David Garnett, par ailleurs propriétaire d’une librairie dans le quartier londonien de Soho. La maison d’édition publiera quelque 140 ouvrages, souvent des classiques et souvent illustrés, jusque dans les années 19605. Mais, de Smithers à la Nonesuch Press, ce sont de petites maisons d’édition touchant un public restreint qui publient Choderlos de Laclos à cette époque. Quant à Dowson, son activité de traducteur mériterait d’être étudiée plus précisément.

Sa poésie, comme nous l’avons dit, disparaît sinon de la mémoire des auteurs fin de siècle, du moins, des périodiques et ne fera l’objet d’aucune traduction complète. C’est plus récemment, en 2016, que Rodolphe Gauthier a traduit trois autres poèmes parus dans Verses : « Summa Brevis Spem nos vetat incohare longam », « A Coronal »6 et « Villanelle of Sunset »7. Ces poèmes ne sont pas imprimés mais font l’objet d’une publication électronique sur le blog que tient l’auteur dans Médiapart. La présentation extrêmement succincte se base sur les écrits d’Arthur Symons ayant légué à la postérité un portrait quelque peu éloigné de la réalité. Toutefois, R. Gauthier repère l’influence de Verlaine8 et se montre somme toute critique de l’appréciation symonsienne. S’il n’explique pas les raisons de son choix, il propose d’autres poèmes que Stuart Merrill.

 « Summa Brevis Spem nos vetat incohare longam » (« La brièveté de la vie nous interdit de concevoir un long espoir » tiré du livre IV des Odes d’Horace) se présente sous la forme de deux quatrains aux rimes alternées. Ce très court poème où le « je » évoque la brièveté de la vie et l’insignifiance de la destinée oppose les vers longs impairs aux très courts vers pairs et joue du rejet (v.1 ; v5), de l’antéposition (v. 2, v. 6), de l’enjambement (v. 3, v. 7), surprend le lecteur par sa combinaison de pentamètres iambiques et de dimètres et trimètres où la césure varie elle aussi (v. 7). Comme le remarquait naguère C. Scott, l’usage des monosyllabes et des dissyllabes – la plupart abstraits –, la répétition du terme « dream » (v. 6 et 8) contribue à dérouter la lecture en l’infléchissant vers l’expérience de la cadence plutôt qu’à celle du rythme. La vie apparaît ainsi diffractée, contradictoire, heurtée et finalement brève, évanescente jusqu’au « rêve » final (v. 8) où elle disparaît. En français, où la position des constituants de la phrase est moins contrainte qu’en anglais, Gauthier peut s’offrir de suivre Dowson, tout en gardant malgré tout l’effet d’étrangeté mais surtout de topicalisation du rejet/de la post-position (v. 1 et 5), de l’enjambement (v. 3 et 5) et de la répétition. C’est peut-être par le biais de la traduction que le Dowson francophone se révèle : souvent, sa phrase adopte la structure d’une phrase française avec sa grande latitude en matière d’ordre des constituants. Si l’effet est surprenant en anglais, il l’est moins en français.

« A Coronal/ With his songs and her days to his lady and to love »9 met en scène et en poème le tressage d’une couronne de violettes et de feuille de vigne à l’amour qui se révèle n’être qu’amour d’un jour, voué à la mort et au baiser de Proserpine. Éros laisse la place à Thanatos, accompagné, ô ironie, par les chants et la couronne que tressent les amoureux. Croient-ils célébrer l’amour et la jeunesse qu’ils célèbrent en fait le passage du jour et les funérailles de l’amour. L’ironie est aussi subtile qu’implicite. Le tressage érotique est aussi tressage poétique puisque le poème se compose de 3 strophes de 9 vers où le premier vers « Violets and leaves of wine » se répète au vers 8, 9, 17, 19, 26, et le vers 3 se répète au vers 9, 12, 18, 21 et 26 : « We gather and entwine. » De nouveau, Dowson joue sur les monosyllabes largement prédominants et sur un emploi constant de l’hexasyllabe. Sa couronne se tresse sur des allitérations et des assonances ainsi que sur un système très bref d’échos (vers hexasyllabique oblige) et sur une cadence évocatrice de la ritournelle. La traduction en français ne peut toutefois rendre justice à la parfaite maîtrise du lexique, du vers, de la prosodie et de la métrique dowsonnienne en raison de la longueur des mots ; elle garde cependant la structure strophique, mais perd la rime.

Comme toute villanelle, « Villanelle of Sunset » comporte 5 tercets et un quatrain birimés avec un système de répétitions où le premier et troisième vers du premier tercet sont repris alternativement comme refrain des tercets suivants (1b2 ab1 ab2 ab1 ab2 ab12). Le poème compte 19 vers, le refrain (« Behold the weary West ! ») étant retardé par la répétition du dernier appel à l’enfant : « Come hither, Child ! and rest : ». Cette forme poétique ancienne, remise à l’honneur à partir de 1850 par Fitzgerald, Gleeson White10, Edmund Gosse, William Henley et Austin Dobson rappelle que pour inventifs qu’ils soient en matière prosodique, les poètes décadents britanniques apprécient toute particulièrement les formes contraintes. Dowson en rédige cinq11).

Ici, le poète appelle un/une enfant au repos vespéral en contemplant l’Occident ou l’Ouest las : « Behold the weary West ! » Tous les hommes sont ainsi invités à suivre le rythme naturel dont les fleurs qui les voue à la lassitude et au sommeil tandis que le poète se fait porteur de bouquets fanés. La villanelle révèle sa force en assujettissant l’ensemble du vivant au sommeil (« slumber », « sleep ») et à deux rimes et deux digraphes (est/ay12 ) tandis que les vers 4 et 5 affirment l’égalité du travail et du jeu, de l’homme et de l’enfant : « Sleep rounds with equal zest/ Man’s toil and children’s play ». Le sommeil est le destin du jour, de la nature, de l’homme et de l’enfant, le poète se faisant lieu de recueil de l’endormi et des fleurs fanées. De nouveau la césure est mobile et Dowson joue des monosyllabes qu’il oppose à quelques dissyllabes, sans toutefois atteindre, contrainte formelle et trimètre trochaïque obligent, la complexité de « Non sum qualis ».  

Gardant la forme poétique, R. Gauthier traduit presque au ras des mots, parfois au prix du hiatus (« blanc oiseau ») et de la rime, il est vrai quasi impossible à conserver. Reste l’alternance du refrain qui invite le lecteur français à l’entêtante mélopée dowsonienne qui pourrait traduire une certaine ironie. Là où Merrill s’autorise une grande inventivité prosodique, Gauthier apparaît plus sage, entre autres, parce le vers libre et le vers libéré n’ont plus besoin de frapper l’imagination et l’oreille. Sa traduction témoigne d’un intérêt pour Dowson, sans doute amenée par son intérêt pour la Décadence française dont il édite certains textes en version électronique13. On le voit, Dowson est encore peu susceptible de faire l’objet d’une traduction intégrale publiée par un éditeur connu.

Enfin, il nous reste à mentionner la traduction de The Pierrot of the Minute de Philippe Baudry dans une édition bilingue en 2012. Rappelons qu’il s’agit d’une pièce versifiée en un acte, jouée en 1892 et publiée en 1897, toujours par Smithers, avec de magnifiques illustrations d’Aubrey Beardsley14, son autre protégé. Trente exemplaires furent tirés sur velum japonais et 300 exemplaires sur papier. Il s’agit clairement d’une édition réservée à quelques lecteurs de textes d’avant-garde.  La traduction de 2012, que nous n’avons pas lue, relève quant à elle de l’auto-publication, peut-être par défaut d’un éditeur intéressé par cette « fantaisie » mettant en scène la rencontre de Pierrot et d’une Dame à laquelle il se voue pour une heure de bonheur devant le temple de Cupidon au Trianon ?

Sur le site d’Amazon, P. Baudry se décrit comme ingénieur retraité ayant étudié à Notre Dame University (Indiana). A-t-il essuyé des échecs auprès d’éditeurs, ou ne les a-t-il pas sollicités, craignant un refus, tant Dowson est inconnu du public francophone ? Le poète a dès ses débuts attiré un traducteur : Stuart Merrill, certes avant tout poète. Il n’est pas impossible que le dépouillement des magazines fin de siècle ne révèle d’autres traductions, sans doute partielles, mais qui témoigneraient d’un intérêt persistant pour Dowson durant le début du xxe siècle. Après tout, « My Lady April » et « Villanelle of the Marguerite » ont en effet été traduits par Henry D. Davray dans La Revue Sentimentale 15 dès juillet 1896.

Ces traductions partielles soulignent là encore le rôle de la traduction dans la réception et la circulation de la Décadence britannique mais également les limites d’une compréhension étriquée de la traduction qui la réduirait à l’intégralité d’une œuvre. Le cas Dowson, certes pas le seul, démontre qu’il convient de ne pas négliger les traductions partielles parues en magazine, lesquelles participent également des processus de rééditorialisation. C’est aussi à ces derniers que l’on doit de connaître Dowson. Quel éditeur aurait pris le risque de publier en français un recueil certes audacieux, mais sans grand impact en 1896 ? Dans les deux premières décennies du xxe siècle, ses œuvres poétiques sont régulièrement publiées des deux côtés de l’Atlantique, mais il semble que les éditeurs français aient été plus frileux ou peut-être plus indifférents à une poésie possiblement perçue comme datée ou simplement introuvable en France car éditée à peu d’exemplaires en 1896, sans oublier des questions de droits d’auteur. La minceur des traductions et leur caractère hétérodoxe dans Vers et Prose a pu également jouer contre un projet plus vaste. Dowson pose donc exemplairement la question des conditions de la traduction de la poésie finiséculaire dans tous ses paramètres : genre, accueil critique, renommée de l’auteur, choix de l’éditeur, format, législation.

Au seuil du XXIe siècle, ses poèmes si manifestement inspirés par la poésie française, dont Verlaine, à la métrique si inventive, trouveront-ils d’autres traducteurs ? Et sous quelle forme : revue, auto-édition, recueil ?

Ernest Dowson, The Pierrot of the minute : a dramatic phantasy in one act (Londres, Smithers 1897). Frontispice d’Aubrey Beardsley.
https://archive.org/details/pierrotofminute00dows/page/n9/mode/2up

Cite this article as: Bénédicte Coste, « Une traduction récente de trois poèmes d’Ernest Dowson » in Melliflux décadent, 16/03/2020, https://mellifluxdk.hypotheses.org/438.

  1. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32042661t []
  2. Pierre Ambroise François Choderlos de Laclos, Les liaisons dangereuses. Translated by Ernest Dowson (London, privately printed, 1898). 2 vols. []
  3. Voir James G. Nelson, Publisher to the decadents: Loenard Smithers  in the careers of Beardsley, Wilde, Dowson / James G. Nelson ; with an appendix on Smithers and the erotic book trade by Peter Mendes and a checklist of  Smithers’ publications by James G. Nelson and Peter Mendes (University Park, Pennsylvania State University Press, 2000). []
  4. Voir A history of the Nonesuch Press by John Dreyfus; with an introduction by Geoffrey Keynes & a descriptive catalogue by David McKitterick, Simon Rendall & John Dreyfus (London, The Nonesuch Press, 1981). []
  5. Nonesuch Press a récemment été rachetée par Peter Meyer (ex-PDG de Penguin). []
  6. (1890) Dans le recueil original, la « Preface : For Adelaide » se niche entre « Vitae summa breves spem nos vestat inchoare longam » et « A Coronal ». []
  7. 8 janvier 2016. https://blogs.mediapart.fr/rodolphe-gauthier/blog/080116/sur-les-traces-dernest-dowson-1867-1900-notes-et-quelques-traductions []
  8. « des accents verlainiens où couvent l’intensité et la douceur. » https://blogs.mediapart.fr/rodolphe-gauthier/blog/080116/sur-les-traces-dernest-dowson-1867-1900-notes-et-quelques-traductions []
  9. Le manuscrit a été envoyé à Victor Plarr en 1891. Dans le recueil original, Verses, la « Preface : For Adelaide » se niche entre « Vitae summa breves spem nos vestat inchoare longam » et « A Coronal ». []
  10. Voir Gleeson White, Ballades and rondeaus, chants royal, sestinas, villanelles &c (London, W. Scott, 1887). La villanelle sera largement utilisée dans la poésie anglophone au xxe siècle par Auden, Empson, Pound, et Thomas. Voir Annie Finch and Marie-Elizabeth Mali, Villanelles (New York and London, Random House/Everymans Library, 2012). []
  11. « Villanelle Of His Lady’s Treasures » ; « Villanelle of the Poet’s Road », « Villanelle of Acheron »; « Villanelle of Marguerites ». Voir, Karen Alkalay-Gut, « Overcoming Time and Despair: Ernest Dowson’s Villanelle », Victorian Poetry 34, 1, Spring 1996, p. 101-108. []
  12. Avec la licence poétique d’« alway » au vers 17. []
  13. Voir http://editions.solstices-project.com/fr/ []
  14. https://archive.org/details/pierrotofminute00dows/page/n10/mode/2up []
  15. La Revue sentimentale paraît d’avril 1896 à décembre 1897. Le mensuel parisien de 48 pages est dirigé par Gabriel Soulages. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.