Tous les articles par Caroline Crépiat

Une traduction récente de trois poèmes d’Ernest Dowson [par Bénédicte Coste]

Ernest Dowson, The poems of Ernest Dowson (London, John Lane, The Bodley Head 1922) https://archive.org/details/poemsofernestdow00dows/page/n9/mode/2up

Ernest Dowson n’est que l’un des nombreux poètes de la Décadence anglophone, connu de ses pairs en France au tournant du siècle avant de disparaître de la mémoire et de l’histoire de ce côté-ci de la Manche. Et d’abord des collections. Outre les éditions récentes de ses œuvres par R. K. R. Thornton, le catalogue de la BNF signale uniquement l’existence d’une réédition en 1940 à la Nonesuch Press de sa traduction des Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos, illustré par Chas Laborde1. L’édition originale de sa traduction2 paraît chez son éditeur et soutien Leonard Smithers3 en 1898. L’ouvrage est vendu par souscription (privately printed) afin de prévenir tout procès pour obscénité. Il s’agit pour Smithers d’offrir un texte subversif à des lecteurs anglophones. La démarche n’a pas été couronnée de succès, vraisemblablement parce que le prix du volume le réserve à un groupe restreint et donc susceptible de parler ou de lire le français. Pour sa part, la Nonesuch Press4 est l’une de ces maisons d’édition liées au renouveau de l’imprimerie et du livre (revival of printing) qui avaient fleuri dans les années 1890 puis dans les années 1920 pour produire de beaux ouvrages, à la typographie soignée et au design travaillé.

En 1922, la Nonesuch Press se donne comme objectif de produire de beaux livres, cette fois à un prix raisonnable en les faisant imprimer par des imprimeurs commerciaux (Kynoch Press), plutôt qu’au moyen d’une presse manuelle. Ses fondateurs sont Francis Meynell, Vera Mendel et David Garnett, par ailleurs propriétaire d’une librairie dans le quartier londonien de Soho. La maison d’édition publiera quelque 140 ouvrages, souvent des classiques et souvent illustrés, jusque dans les années 19605. Mais, de Smithers à la Nonesuch Press, ce sont de petites maisons d’édition touchant un public restreint qui publient Choderlos de Laclos à cette époque. Quant à Dowson, son activité de traducteur mériterait d’être étudiée plus précisément.

Sa poésie, comme nous l’avons dit, disparaît sinon de la mémoire des auteurs fin de siècle, du moins, des périodiques et ne fera l’objet d’aucune traduction complète. C’est plus récemment, en 2016, que Rodolphe Gauthier a traduit trois autres poèmes parus dans Verses : « Summa Brevis Spem nos vetat incohare longam », « A Coronal »6 et « Villanelle of Sunset »7. Ces poèmes ne sont pas imprimés mais font l’objet d’une publication électronique sur le blog que tient l’auteur dans Médiapart. La présentation extrêmement succincte se base sur les écrits d’Arthur Symons ayant légué à la postérité un portrait quelque peu éloigné de la réalité. Toutefois, R. Gauthier repère l’influence de Verlaine8 et se montre somme toute critique de l’appréciation symonsienne. S’il n’explique pas les raisons de son choix, il propose d’autres poèmes que Stuart Merrill.

 « Summa Brevis Spem nos vetat incohare longam » (« La brièveté de la vie nous interdit de concevoir un long espoir » tiré du livre IV des Odes d’Horace) se présente sous la forme de deux quatrains aux rimes alternées. Ce très court poème où le « je » évoque la brièveté de la vie et l’insignifiance de la destinée oppose les vers longs impairs aux très courts vers pairs et joue du rejet (v.1 ; v5), de l’antéposition (v. 2, v. 6), de l’enjambement (v. 3, v. 7), surprend le lecteur par sa combinaison de pentamètres iambiques et de dimètres et trimètres où la césure varie elle aussi (v. 7). Comme le remarquait naguère C. Scott, l’usage des monosyllabes et des dissyllabes – la plupart abstraits –, la répétition du terme « dream » (v. 6 et 8) contribue à dérouter la lecture en l’infléchissant vers l’expérience de la cadence plutôt qu’à celle du rythme. La vie apparaît ainsi diffractée, contradictoire, heurtée et finalement brève, évanescente jusqu’au « rêve » final (v. 8) où elle disparaît. En français, où la position des constituants de la phrase est moins contrainte qu’en anglais, Gauthier peut s’offrir de suivre Dowson, tout en gardant malgré tout l’effet d’étrangeté mais surtout de topicalisation du rejet/de la post-position (v. 1 et 5), de l’enjambement (v. 3 et 5) et de la répétition. C’est peut-être par le biais de la traduction que le Dowson francophone se révèle : souvent, sa phrase adopte la structure d’une phrase française avec sa grande latitude en matière d’ordre des constituants. Si l’effet est surprenant en anglais, il l’est moins en français.

« A Coronal/ With his songs and her days to his lady and to love »9 met en scène et en poème le tressage d’une couronne de violettes et de feuille de vigne à l’amour qui se révèle n’être qu’amour d’un jour, voué à la mort et au baiser de Proserpine. Éros laisse la place à Thanatos, accompagné, ô ironie, par les chants et la couronne que tressent les amoureux. Croient-ils célébrer l’amour et la jeunesse qu’ils célèbrent en fait le passage du jour et les funérailles de l’amour. L’ironie est aussi subtile qu’implicite. Le tressage érotique est aussi tressage poétique puisque le poème se compose de 3 strophes de 9 vers où le premier vers « Violets and leaves of wine » se répète au vers 8, 9, 17, 19, 26, et le vers 3 se répète au vers 9, 12, 18, 21 et 26 : « We gather and entwine. » De nouveau, Dowson joue sur les monosyllabes largement prédominants et sur un emploi constant de l’hexasyllabe. Sa couronne se tresse sur des allitérations et des assonances ainsi que sur un système très bref d’échos (vers hexasyllabique oblige) et sur une cadence évocatrice de la ritournelle. La traduction en français ne peut toutefois rendre justice à la parfaite maîtrise du lexique, du vers, de la prosodie et de la métrique dowsonnienne en raison de la longueur des mots ; elle garde cependant la structure strophique, mais perd la rime.

Comme toute villanelle, « Villanelle of Sunset » comporte 5 tercets et un quatrain birimés avec un système de répétitions où le premier et troisième vers du premier tercet sont repris alternativement comme refrain des tercets suivants (1b2 ab1 ab2 ab1 ab2 ab12). Le poème compte 19 vers, le refrain (« Behold the weary West ! ») étant retardé par la répétition du dernier appel à l’enfant : « Come hither, Child ! and rest : ». Cette forme poétique ancienne, remise à l’honneur à partir de 1850 par Fitzgerald, Gleeson White10, Edmund Gosse, William Henley et Austin Dobson rappelle que pour inventifs qu’ils soient en matière prosodique, les poètes décadents britanniques apprécient toute particulièrement les formes contraintes. Dowson en rédige cinq11).

Ici, le poète appelle un/une enfant au repos vespéral en contemplant l’Occident ou l’Ouest las : « Behold the weary West ! » Tous les hommes sont ainsi invités à suivre le rythme naturel dont les fleurs qui les voue à la lassitude et au sommeil tandis que le poète se fait porteur de bouquets fanés. La villanelle révèle sa force en assujettissant l’ensemble du vivant au sommeil (« slumber », « sleep ») et à deux rimes et deux digraphes (est/ay12 ) tandis que les vers 4 et 5 affirment l’égalité du travail et du jeu, de l’homme et de l’enfant : « Sleep rounds with equal zest/ Man’s toil and children’s play ». Le sommeil est le destin du jour, de la nature, de l’homme et de l’enfant, le poète se faisant lieu de recueil de l’endormi et des fleurs fanées. De nouveau la césure est mobile et Dowson joue des monosyllabes qu’il oppose à quelques dissyllabes, sans toutefois atteindre, contrainte formelle et trimètre trochaïque obligent, la complexité de « Non sum qualis ».  

Gardant la forme poétique, R. Gauthier traduit presque au ras des mots, parfois au prix du hiatus (« blanc oiseau ») et de la rime, il est vrai quasi impossible à conserver. Reste l’alternance du refrain qui invite le lecteur français à l’entêtante mélopée dowsonienne qui pourrait traduire une certaine ironie. Là où Merrill s’autorise une grande inventivité prosodique, Gauthier apparaît plus sage, entre autres, parce le vers libre et le vers libéré n’ont plus besoin de frapper l’imagination et l’oreille. Sa traduction témoigne d’un intérêt pour Dowson, sans doute amenée par son intérêt pour la Décadence française dont il édite certains textes en version électronique13. On le voit, Dowson est encore peu susceptible de faire l’objet d’une traduction intégrale publiée par un éditeur connu.

Enfin, il nous reste à mentionner la traduction de The Pierrot of the Minute de Philippe Baudry dans une édition bilingue en 2012. Rappelons qu’il s’agit d’une pièce versifiée en un acte, jouée en 1892 et publiée en 1897, toujours par Smithers, avec de magnifiques illustrations d’Aubrey Beardsley14, son autre protégé. Trente exemplaires furent tirés sur velum japonais et 300 exemplaires sur papier. Il s’agit clairement d’une édition réservée à quelques lecteurs de textes d’avant-garde.  La traduction de 2012, que nous n’avons pas lue, relève quant à elle de l’auto-publication, peut-être par défaut d’un éditeur intéressé par cette « fantaisie » mettant en scène la rencontre de Pierrot et d’une Dame à laquelle il se voue pour une heure de bonheur devant le temple de Cupidon au Trianon ?

Sur le site d’Amazon, P. Baudry se décrit comme ingénieur retraité ayant étudié à Notre Dame University (Indiana). A-t-il essuyé des échecs auprès d’éditeurs, ou ne les a-t-il pas sollicités, craignant un refus, tant Dowson est inconnu du public francophone ? Le poète a dès ses débuts attiré un traducteur : Stuart Merrill, certes avant tout poète. Il n’est pas impossible que le dépouillement des magazines fin de siècle ne révèle d’autres traductions, sans doute partielles, mais qui témoigneraient d’un intérêt persistant pour Dowson durant le début du xxe siècle. Après tout, « My Lady April » et « Villanelle of the Marguerite » ont en effet été traduits par Henry D. Davray dans La Revue Sentimentale 15 dès juillet 1896.

Ces traductions partielles soulignent là encore le rôle de la traduction dans la réception et la circulation de la Décadence britannique mais également les limites d’une compréhension étriquée de la traduction qui la réduirait à l’intégralité d’une œuvre. Le cas Dowson, certes pas le seul, démontre qu’il convient de ne pas négliger les traductions partielles parues en magazine, lesquelles participent également des processus de rééditorialisation. C’est aussi à ces derniers que l’on doit de connaître Dowson. Quel éditeur aurait pris le risque de publier en français un recueil certes audacieux, mais sans grand impact en 1896 ? Dans les deux premières décennies du xxe siècle, ses œuvres poétiques sont régulièrement publiées des deux côtés de l’Atlantique, mais il semble que les éditeurs français aient été plus frileux ou peut-être plus indifférents à une poésie possiblement perçue comme datée ou simplement introuvable en France car éditée à peu d’exemplaires en 1896, sans oublier des questions de droits d’auteur. La minceur des traductions et leur caractère hétérodoxe dans Vers et Prose a pu également jouer contre un projet plus vaste. Dowson pose donc exemplairement la question des conditions de la traduction de la poésie finiséculaire dans tous ses paramètres : genre, accueil critique, renommée de l’auteur, choix de l’éditeur, format, législation.

Au seuil du XXIe siècle, ses poèmes si manifestement inspirés par la poésie française, dont Verlaine, à la métrique si inventive, trouveront-ils d’autres traducteurs ? Et sous quelle forme : revue, auto-édition, recueil ?

Ernest Dowson, The Pierrot of the minute : a dramatic phantasy in one act (Londres, Smithers 1897). Frontispice d’Aubrey Beardsley.
https://archive.org/details/pierrotofminute00dows/page/n9/mode/2up

Cite this article as: Bénédicte Coste, « Une traduction récente de trois poèmes d’Ernest Dowson » in Melliflux décadent, 16/03/2020, https://mellifluxdk.hypotheses.org/438.

  1. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32042661t []
  2. Pierre Ambroise François Choderlos de Laclos, Les liaisons dangereuses. Translated by Ernest Dowson (London, privately printed, 1898). 2 vols. []
  3. Voir James G. Nelson, Publisher to the decadents: Loenard Smithers  in the careers of Beardsley, Wilde, Dowson / James G. Nelson ; with an appendix on Smithers and the erotic book trade by Peter Mendes and a checklist of  Smithers’ publications by James G. Nelson and Peter Mendes (University Park, Pennsylvania State University Press, 2000). []
  4. Voir A history of the Nonesuch Press by John Dreyfus; with an introduction by Geoffrey Keynes & a descriptive catalogue by David McKitterick, Simon Rendall & John Dreyfus (London, The Nonesuch Press, 1981). []
  5. Nonesuch Press a récemment été rachetée par Peter Meyer (ex-PDG de Penguin). []
  6. (1890) Dans le recueil original, la « Preface : For Adelaide » se niche entre « Vitae summa breves spem nos vestat inchoare longam » et « A Coronal ». []
  7. 8 janvier 2016. https://blogs.mediapart.fr/rodolphe-gauthier/blog/080116/sur-les-traces-dernest-dowson-1867-1900-notes-et-quelques-traductions []
  8. « des accents verlainiens où couvent l’intensité et la douceur. » https://blogs.mediapart.fr/rodolphe-gauthier/blog/080116/sur-les-traces-dernest-dowson-1867-1900-notes-et-quelques-traductions []
  9. Le manuscrit a été envoyé à Victor Plarr en 1891. Dans le recueil original, Verses, la « Preface : For Adelaide » se niche entre « Vitae summa breves spem nos vestat inchoare longam » et « A Coronal ». []
  10. Voir Gleeson White, Ballades and rondeaus, chants royal, sestinas, villanelles &c (London, W. Scott, 1887). La villanelle sera largement utilisée dans la poésie anglophone au xxe siècle par Auden, Empson, Pound, et Thomas. Voir Annie Finch and Marie-Elizabeth Mali, Villanelles (New York and London, Random House/Everymans Library, 2012). []
  11. « Villanelle Of His Lady’s Treasures » ; « Villanelle of the Poet’s Road », « Villanelle of Acheron »; « Villanelle of Marguerites ». Voir, Karen Alkalay-Gut, « Overcoming Time and Despair: Ernest Dowson’s Villanelle », Victorian Poetry 34, 1, Spring 1996, p. 101-108. []
  12. Avec la licence poétique d’« alway » au vers 17. []
  13. Voir http://editions.solstices-project.com/fr/ []
  14. https://archive.org/details/pierrotofminute00dows/page/n10/mode/2up []
  15. La Revue sentimentale paraît d’avril 1896 à décembre 1897. Le mensuel parisien de 48 pages est dirigé par Gabriel Soulages. []

Traduire la poésie décadente – Stuart Merrill traducteur d’Ernest Dowson [Par Bénédicte Coste]

Charles Edward Conder « Ernest Dowson », pencil, c. 1890s, National Portrait Gallery, Londres, NPG 2209 .

In Cynara’s Shadow1 , le dernier recueil consacré au poète anglais Ernest Dowson (1867-1900) fait la part belle à sa poésie : Alex Wong propose « Three Comparative Readings » de « Non sum qualis », peut-être le poème le plus connu de Dowson, Jessica Gosling évoque son « Poésie Schublade », Alice Condé s’intéresse au « Dowson Decadent Diminuendo » qui annonce la transition vers le Modernisme, tandis que Jane Desmarais traite de la musicalité et de la musique de sa poésie2 . Mais aucun article n’évoque les traductions de Dowson, tant celles qu’il a faites, que les quelques traductions en français de sa poésie, sa prose n’ayant, semble-t-il, pas retenu l’attention des traducteurs.

Le recueil témoigne du renouveau anglophone des études d’un poète catégorisé comme décadent et bohème dans l’hommage que publie un autre poète, Arthur Symons, à sa mort en février 1900. À travers cette nécrologie3, Symons lègue à la postérité la « légende », d’un poète maudit4, mort trop jeune et mort d’amour. Son hommage ouvre les éditions posthumes des œuvres de Dowson5 qui abondent dans les premières décennies du xxe siècle, et lui vaudront le mépris des Modernistes. C’est un peu court pour un poète qui fut d’abord l’un des Rhymers du club éponyme6 renouvelant la poésie anglaise à la fin du siècle. La postérité retiendra davantage l’image si puissante du décadent que la réalité du poète extrêmement ferré en métrique latine et anglaise et française dont témoignent ses recueils : Verses (1896) et Decorations in Verse and Prose 7 (1899). Comme le souligne R.K.R. Thornton8, Dowson reçoit les influences des jeux avec la métrique d’A.C. Swinburne, de la recherche du mot juste de Tennyson, et des latinismes de Walter Pater pour ne rien dire de la mélancolie patérienne. Lecteur de Baudelaire qui lui insuffle son spleen, il prend à Verlaine l’art d’un lyrisme délicat. Classiciste à Oxford de 1886 à mai 1888, il gardera toujours la leçon de Virgile, Properce, Horace et Catulle dans la disposition des mots.

Dowson s’essaie à l’écriture dramatique avec sa pièce en un acte, The Pierrot of the minute : a dramatic phantasy in one act 9 ,jouée en 1892 et publiée par Leonard Smithers en 1897. Il se fait romancier avec son camarade et confrère Arthur Moore, publiant A comedy of Masks (1893) et Adrian Rome (1899), singuliers exemples de romans écrits à quatre mains, chacun des deux auteurs rédigeant alternativement un chapitre. Il se fait nouvelliste : Dilemmas : Stories and Studies in Sentiment 10 fait partie de ces nouvelles fin de siècle qui porteront le genre à une excellence inégalée11 au xxe siècle. C’est enfin un traducteur du français, dont certains poèmes de Verlaine dans Decorations, de La Terre de Zola, La Fille aux yeux d’or de Balzac, certains textes des Goncourt et d’autres prosateurs pour son éditeur et frère d’armes en matière d’avant-garde, Leonard Smithers12. Avec le dandy Teixeira de Mattos, Dowson traduira Majesty de l’auteur néerlandais Couperus.

Reconnu comme un poète important, présent dans de nombreuses anthologies sur la Décadence anglaise13, Dowson n’a pas considéré son activité poétique sérieusement14, offrant ses poèmes à ses amis mais gardant toutefois son Carnet (le Flower Notebook15) où il a recopié ses poèmes de 1886 à 1891. Lorsqu’il l’a commentée dans sa correspondance, il qualifie sa poésie de « symboliste » et « verlainesque » privilégiant la musicalité et la sonorité sur le contenu et le sens, évoquant une émotion vague16.

Pour R.K.R. Thornton, la poésie de Dowson se signale certes par :

“The musicality of his verse, the flavor of sensationalist sex (largely the contribution of his most famous poem), the successful translation and assimilation of contemporary French poetry, the development of the 1880s’ interest in complex form into a more subtle lyricism, the self-conscious artificiality of language and inspiration, the wistful depiction of a sterile love and a fruitless existence »17

Il n’est pas étonnant qu’il soit devenu une certaine incarnation du décadentisme anglais.

Francophile, francophone, Dowson a vécu en France à de nombreuses reprises, depuis son enfance dans le Sud à son long séjour de 1896 en Bretagne et ses séjours parisiens. Ses amitiés françaises (Yvanhoé Rambosson) ou plus précisément francophones mériteraient assurément une étude car Dowson a fréquenté les auteurs décadents et symbolistes français dont son premier traducteur, Stuart Merrill, ce qui nous rappelle que la décadence a aussi été un formidable moment d’échanges cosmopolites. À vrai dire, Merrill est américain mais son œuvre est principalement d’expression française18. Un peu oublié de nos jours, c’est un poète symboliste important19 qui commence par côtoyer André Fontainas, René Ghil et André Ferdinand Herold, au lycée Fontanes (Condorcet) avant de repartir aux USA en 1884, où il se fait médiateur transatlantique de l’œuvre de Wagner et découvre la poésie de Walt Whitman. Revenu en France en 1892, il s’installe quai de Bourbon, puis dans la communauté artistique de Marlotte fondée par l’artiste Armand Point à partir de 1897 avec le projet de devenir imprimeur. Fidèle des mardis de Mallarmé, Merrill est aussi anarchiste20, comme Fénéon, de Gourmont, Tailhade, Vielé-Griffin, et admirateur de William Morris. Ses recueils, Les Gammes (1887), Les Fastes (1891), Les Petits Poèmes d’automne (1895) le montrent partisan du vers impair, du vers libéré, puis libre, avant qu’il ne revienne au vers régulier. Il assure adopter les théories poétiques de Ghil qu’il souhaite interpréter « d’une manière large et personnelle »21 avant d’essayer de les résumer dans La Plume. Selon Cécile Leblanc, sa poésie se caractérise par une tentative exigeante d’allier musique et poésie, d’illustration de la correspondance entre sons et sensations à travers l’utilisation de mots-clés ou de sonorités réapparaissant dans des poèmes pour faire cycle et assurer une continuité phonique et sémantique, des harmoniques assonantiques, des allitérations, des homéotéleutes, des paronomases, créant ce qu’elle appelle une intrasonance privilégiant les sonorités. Chez Merrill, le mot devient son. Il partage avec Dowson, comme on va le voir une poétique savante, marquée par une recherche métrique et prosodique, une interrogation des limites de la poésie traditionnelle. Tous deux sont sinon bilingues, du moins biculturels, anglophones et francophones, éduqués, voyageurs. Si leurs voies poétiques et politiques divergent, tous les deux participent à l’effervescence créative de la fin de siècle et contribuent au creuset où se forme la poésie du xxe siècle.

Merrill est également l’un des co-directeurs de L’Ermitage et un contributeur régulier des magazines et revues littéraires fin de siècle dont le célèbre Vers et Prose de Paul Fort (1905-1914). C’est dans cette revue qu’il publie 3 traductions de Dowson en 1905 : « Impenitenta Ultima », « Non Sum Qualis Eram Bonae Sub Regno Cynarae » et « Breton Afternoon »22. Les deux premiers sont parus dans Verses en 1896, « Breton Afternoon » dans Decorations en 1899. Le choix des textes est tout aussi réfléchi que le choix de la revue qui publie des textes de la jeune génération, avec un fort accent cosmopolite. Le moment est également bien choisi puisque ces traductions paraissent simultanément à l’édition des poèmes de Dowson à la Bodley Head. « Impenitentia Ultima » signale tant l’usage du latin pour les titres de Dowson que sa conversion au catholicisme en 1891, avec et à la suite du poète et critique Lionel Johnson, « Non Sum Qualis Eram Bonae Sub Regno Cynarae », sans doute son poème le plus connu, rappelle sa propension à utiliser les auteurs latins, qu’il a suffisamment lus pour en détourner les fragments23. Quant à « Breton Afternoon », il rappelle l’amour du Britannique pour la Bretagne où il résidera de février à novembre 1896. Comment le poète Merrill traduit-il les poèmes de cet autre bilingue de poète qu’est Dowson ? Tout d’abord, Merrill traduit en respectant le sens immédiat et sans se livrer à des coupures ou des réécritures. Même s’il ne garde les rimes, il garde le schéma strophique, sans transformer les vers en prose et va se livrer à un savant jeu d’échos phoniques, d’assonances et d’allitérations à l’intérieur des strophes. Il respecte les très longs vers de Dowson et leur donne un nombre de syllabes impaires.

D’« Impenitentia Ultima », Dowson écrivait au poète John Gray qu’il s’agissait plutôt de « pommade »24. Placé devant la possibilité de son trépas, le pêcheur revendiquant d’avoir préféré « les roses tristes du monde » à « toutes [l]es fleurs » du Seigneur, utilise le langage biblique et le discours chrétien pour présenter non le repentir ou implorer le pardon, mais pour demander la vision ultime d’une femme qui n’apparaît que sous un morcellement de traits : visage, regard, pieds, mains, chevelure, voix, visage. Le morcellement si typique du féminin des poètes décadents s’accompagne de l’usage de nombreux monosyllabes, lesquels placent le lecteur ou plutôt l’énonciateur devant un discours heurté, où la multiplicité des accents déroute la lecture25, et ce d’autant plus que ce poème de 5 quatrains rimant ABAB se compose de vers de 16 syllabes alternant avec des vers de 15 syllabes, ce qui produit une segmentation propositionnelle et redouble l’irrégularité prosodique. Dowson joue sur les allitérations (/g/ /z/ /v/) et les assonances (/i ://æ//a/) toujours répétées au sein du vers, voire de l’hémistiche donnant à son poème le rythme d’une litanie.

La traduction allonge et libère les vers jusqu’aux 32 syllabes, et réussit à garder les jeux d’assonances (/wa/ /é/ /a/) et d’allitérations (/s//p/) et d’échos en répétant par exemple l’adjectif « pitoyable » ou l’impératif « Accorde-moi ». Le vers libre fait résonner le sens de l’exorbitante demande impie de voir « en enfer » « la dernière et triste vision de sa face et la petite grâce de cette heure. »

Le célèbre « Non Sum Qualis Eram Bonae Sub Regno Cynarae »26 apparemment hérité d’une ode d’Horace (Odes IV, 1), repose sur l’adresse mélodramatique, l’archaïsme du langage (« thy », « yesternight », « betwixt », « Yea »), la répétition, les monosyllabes, l’allitération, l’enjambement pour évoquer l’obsession du poète pour Cynara et sa fidélité à ce qu’elle représente alors qu’il passe une nuit avec une prostituée. Par-delà le paradoxe et le pied de nez aux valeurs victoriennes, Dowson met en jeu une série de contrastes entre passé et présent, pâleur, grisaille et rougeur des lèvres, regret, excès, fidélité à celle dont on ne sait si le poète l’a perdue, si elle n’a quitté, si elle est morte ou vivante. Cynara apparaît dès le second vers comme une « ombre », que les « lys pâles et perdus » ne ramènent nullement au souvenir ou à la vie, puisqu’elle redevient l’ombre qui prend finalement possession de la nuit où se débat le poète. « I have been faithful to thee, Cynara! in my fashion » revient ainsi scander le poème (on notera qu’il opère un déplacement de la césure en rupture et créant une rupture amplifiée par le point d’exclamation) tandis que Dowson joue sur l’imperceptible changement de la conjonction (« And », « But » et du temps verbal : « And I was desolate and sick of an old passion »/ « And I am desolate and sick of an old passion ».

Hérité de la pratique de l’alexandrin libéré27) (au rythme iambique), le poème se compose de 4 sizains rimant ABACBC dans lesquels Dowson utilise l’hexamètre iambique (6 pieds d’une syllabe inaccentuée et d’une syllabe accentuée) à l’exception des vers rimant B de chaque sizain qui sont des pentamètres iambiques (la forme traditionnelle de la poésie en anglais). Le prénom de l’interpellée est suivi d’un point d’exclamation agissant comme une césure : « Cynara ! » aux deux-tiers du vers. Pratiquant « l’alexandrin anglais décadent » (Duffeil), Dowson joue sur la place de la césure, créant des effets de surprise.

Merrill garde le titre latin à la référence horacienne dont il sait sans doute que Dowson l’utilise ironiquement28, voire la détourne, car chez Horace, le « je » se lamente du temps qui passe mais a cessé d’aimer Cynara. Merrill traduit assez fidèlement, joue sur l’alternance entre passé simple, imparfait et présent (« je me sentis », « je me sentais », « je me sens »), à l’exception de la « bought red mouth » (la bouche rouge achetée de la prostituée) qui devient l’assonnante « bouche rouge ». Il joue de la répétition (« Toute la nuit ») comme le fait Dowson, de l’allitération (« lys pâles et perdus » ; « tombe ton ombre »).  Il rend hommage au mètre très élaboré de Dowson par des vers impairs, allant très au-delà des limites de la métrique française sans pour autant transformer l’amer constat d’une fidélité mortifère en poème en prose.

 « Breton Afternoon »29, rédigé lors du séjour de Dowson de février à octobre 1896 à Pont-Aven, est un poème de quatre quatrains évoquant la méditation du poète sur « a grassy ledge ». De nouveau, les vers de 15 syllabes comportent de nombreux monosyllabes créant un effet de surprise et compliquant la lecture poétique (scanning). Dowson délaisse les effets de la métrique au profit d’une approche syntaxique. La méditation abstrait le je du monde, prend très rapidement l’aspect d’un regret d’une jeune femme perdue : « a white girl’s paleness passing ivory », et le désir d’un apaisement temporaire (« for an afternoon »), sous le regard empli de pitié de la Vierge Marie.

Merrill traduit très correctement, se tenant aux termes de Dowson et en respectant les enjambements (par exemple aux vers 2/3 « … et je n’ai entendu / Que la vague brise… »). Comme Dowson, il répète l’adjectif « rouge » pour insister sur la « rouge, rouge terre » non sans antéposer « sous lui » que Dowson avait postposé « red, red earth beneath ») afin de l’opposer immédiatement à « au-dessus », témoignant qu’il a saisi le principal contraste entre ciel et terre, vie et mort qui traverse et dés/articule le poème de Dowson. Le vers s’amplifie au point d’atteindre les 25 syllabes, et tous sont impairs, autre façon de traduire l’irrégularité prosodique dowsonienne.

Pratiquant le vers libéré et libre, insistant sur la sonorité du mot avant sa place dans le schéma prosodique, Merrill peut ainsi se jouer de la métrique française pour rendre hommage à la métrique elle-même en dette de la métrique française de Dowson. Il n’y a pas tant traduction, au sens courant du terme, qu’échange, circulation de métriques ou de « formes poétiques »30 dans le temps et dans l’espace. Bien sûr, Merrill porte à la connaissance des lecteurs non-anglophones de Vers et Prose (combien étaient-ils ?) cette poésie délicate, jouant moins sur l’anticonformisme moral ou le paradoxe que sur la gradation des états, des sentiments, servie par une diction poétique qui lui donne le ton de la confidence plutôt que celui de l’exhortation. Il fait œuvre de passeur d’un poète qui a beaucoup emprunté à la poésie française, la réinjectant après qu’elle a été travaillée, hybridée par Dowson.

Bénédicte Coste (Université de Bourgogne)

Cite this article as: Bénédicte Coste, « Traduire la poésie décadente – Stuart Merrill traducteur d’Ernest Dowson » in Melliflux décadent, 09/03/2020, https://mellifluxdk.hypotheses.org/?p=394.

  1. In Cynara’s Shadow. Collected Essays on Ernest Dowson, éds. Alice Condé and Jessica Gossling (Oxford, Peter Lang, 2019). []
  2. Voir aussi Jean-Jacques Chardin, Ernest Dowson (1867-1900) et la crise fin de siècle anglaise (Paris, Messène, 1995). C’est la seule monographie française consacrée à Dowson. []
  3. http://www.victorianweb.org/authors/symons/dowson.html []
  4. « an archetypal ‘poète maudit’ » R.K.R. Thornton, « Introduction », Ernest Dowson: Collected Poem, (Birmingham, Birmingham UP, 2003). Cette légende se verra corrigée par les témoignages de Robert Sherard (1902), d’Edgar Jepson, « The Real Ernest Dowson », The Academy (1907) et ses Memories of a Victorian (1933) ; de Victor Plarr Ernest Dowson, 1888-1897: Reminiscences, Unpublished Letters and Marginalia (1914) et de W.R. Thomas, “Ernest Dowson at Oxford”, Nineteenth Century, April 1928. Desmond Flower publie une edition des Poetical Works en 1934, 1950, 1967 et The Letters of Ernest Dowson (1967) avec Henry Maas avant les New Letters of Ernest Dowson (1984).  Les autres biographes de Dowson sont Thomas B. Swan (Boston, Twayne, 1964), Laurence Dakin The Swan of Lee (Londres, Papyrus Books,1972) et Jad Adams, Madder Music, Stronger Wine: The Life of Ernest Dowson, Poet and Decadent (London, I. B. Tauris, 2000). Voir aussi Mark Longaker, Ernest Dowson: A Biography (Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1945); Jad Adams, Madder Music, Stronger Wine: The Life of Ernest Dowson, Poet and Decadent (London: I.B. Tauris & Co., 2000). []
  5. « That curious love of the sordid, so common an affectation of the modern decadent and with him so genuine grew upon him and dragged him into more and more sorry corners of a life which was never exactly “gay” for him. » Arthur Symons, « Introduction » The Poems of Ernest Dowson, London, The Bodley Head, 1905, p. xv-xvi. []
  6. Voir The Book of the Rhymers’ Club (London, Elkin Matthews, 1892). []
  7. Ernest Dowson, Decorations in Verse and Prose (London, Smithers, 1899). Le recueil comprend des poèmes inédits, postérieurs à sa conversion au catholicisme en 1891 et des poèmes en prose. []
  8. R.K. R. Thornton, éd., « Introduction », Ernest Dowson Collected Poems, op. cit. []
  9. Ernest Dowson, The Pierrot of the minute : a dramatic phantasy in one act (London, Smithers, 1897).  https://archive.org/details/pierrotofminuted00dows_0/page/n12/mode/2up []
  10. Ernest Dowson, Dilemmas, stories and studies in sentiment (1899, London, Elkin Matthews, 1915). https://archive.org/details/dilemmasstoriesa00dowsuoft/page/n8/mode/2up []
  11. Voir Kostas Boyiopoulos, Yoonjoung Choi and Matthew Brinton Tildesley, éds. The decadent short story: an annotated anthology (Edinburgh, Edinburgh University Press, 2015). []
  12. Smithers lui versera 30 shillings par semaine. []
  13. Citons parmi les plus récentes : Decadence: A Literary Anthology ed. Jon Crabb (London, The British Library, 2017); Decadence : An Annotated Anthology, éds Jane Desmarais and Chris Baldick (Manchester, Manchester UP 2012) ; The Dedalus Book of English Dcadence : Vile Emperors and Elegant Degenerates, ed James Willshire  (Sawtry, Dedalus, 2004). []
  14. Arthur Symons, ‘Dowson was the only poet I ever knew who cared more for his prose than his verse’ The Poems of Ernest Dowson, “Introduction”, The Poems of Ernest Dowson, op. cit., p. xxii. []
  15. « Fragments by Ernest Dowson/Copied out. Paris — to be worked up ». Dowson transcrit 21 poèmes de 1886 à 1891. []
  16. « verses, in the manner of the French ‘symbolists’: verses making for mere sound, and music, with just a suggestion of sense, or hardly that: a vague Verlainesque emotion. » Lettre à Moore, 20 mars 1891, Letters, op. cit., p. 190. []
  17. R.K.R. Thornton, The Decadent Dilemma (London: Hodder Arnold, 1983), p. 106. []
  18. Pastels in Prose (1890) son seul ouvrage publié aux USA est une collection de traductions de poèmes en prose français. []
  19. La Forêt bleue (1883), Modernités (1885), Les Griseries (1887), Les Gammes (1887), Pastels in Prose (1890), Les Fastes, thyrses, sceptres, torches (1891), Petits poèmes d’automne (1895), Le Jeu des épées, Les Quatre Saisons (1900), Une voix dans la foule, poèmes (1909), Walt Whitman (1922), Prose et vers. Œuvres posthumes, préface d’André Fontainas (1925).  L’étude la plus complète est celle de Marjorie Louise Henry, La Contribution d’un Américain au symbolisme français, Stuart Merrill, Paris, Champion, 1927. []
  20. Merrill déclarera : « oui, le symbolisme est l’anarchiste de la littérature », « Chroniques. Poésies », L’Ermitage août n° 8, 1893, p. 107. []
  21. Stuart Merrill (1889) cité dans Cécile Leblanc « Stuart Merrill: itinéraire d’un cosmopolite », http://revue-silene.com/images/30/extrait_149.pdf, p. 15. []
  22. Stuart Merrill, « Poèmes d’Ernest Dowson », Vers et Prose, tome 11, juin, juillet août 1905, p. 161-65. []
  23. Voir Rowena Fowler, « Ernest Dowson and the Classics », The Yearbook of English Studies, vol. 3 1973, p. 243-52. []
  24. « a poem […] that is rather pommade », Lettre à John Gray, décembre 1895, Letters , op. cit., p. 324. []
  25. Voir Clive Scott, « The Liberated Verse of the English Translators of French Symbolism », in Anna Balakian, éd., The Symbolist Movement in the Literature of European Languages (Amsterdam & Philadelphia, John Bejamins, 1984). []
  26. Première publication : Century Guild Hobby Horse, avril 1891, p. 67. Publié dans le second recueil des Rhymers en 1894. []
  27. Selon Martin J. Duffeil, Dowson emploie une « version de cet alexandrin ‘libéré’ ou ‘libre’ Des 4 pentamètres iambiques, 2 ont leur accent en position 4 et 2 en position 6 tandis que les hexamètres sont encore plus variés. » A New History of English Metre (Routledge, 2011 []
  28. Alex Wong, « ‘Non Sum Qualis’: Three Comparative Readings », In Cynara’s Shadow, op. cit., p. 57-84. []
  29. Le poème paraît dans The Savoy, n°3, juillet 1896, p. 40. []
  30. Meredith Martin, « Did a Decadent Metre Exist at the Fin de Siècle? », Decadent Poetics. Literature and Form at the British Fin de Siècle, éds. AlexMurray and Jason Hall (Houndsmills, Palgrave 2013), p. 46-64. []

Decadence and translation : le compte rendu !

Le vendredi 13 décembre 2019, à l’Université de Glasgow, une journée d’étude sur la Décadence et la traduction a réuni de nombreux spécialistes et traducteurs ès décadence. Cette journée s’inscrit dans un plus vaste programme de recherches conduites par le réseau « Decadence in translation, Decadence as translation » initié par Stefano Evangelista (Trinity College, Oxford) et Matthew Creasy (Université de Glasgow). Les principaux membres de ce réseau étaient bien sûr présents : Jane Desmarais (Goldsmiths), Guy Ducrey (Strasbourg), Graham Henderson (Fondation Verlaine et Rimbaud, Londres) et Richard Hibbitt (Leeds). Trois autres événements ont déjà eu lieu sur la question (Oxford en 2018, Londres et Strasbourg en 2019), cette journée venant clôturer ce projet d’envergure.

Université de Glasgow, 14 décembre 2019.

Matthew Creasy, lors de l’ouverture de cette journée, est revenu sur la traduction en tant que questionnement : l’objet de celle-ci est d’observer comment les pays conversent entre eux – sujet d’actualité, s’il en est… Or, le principe même de la Décadence est de tendre vers une distorsion de la langue, rendant celle-ci à la fois sophistiquée, ésotérique et transgressive. Une langue retorse donc, qui fait obstacle, à la lecture, comme à la traduction. Une attention particulière a donc été portée sur les défis théoriques et techniques associés à la traduction des textes décadents, ainsi qu’aux difficultés tant culturelles que sociales à diffuser ces traductions, en ce 13 décembre d’une décennie déjà passée.

Lara Raffaelli, spécialiste de littérature italienne et traductrice de D’Annunzio, a ainsi mis en lumière les transformations incessantes des normes de traduction, oscillant entre la traîtrise faite au texte original et le plaisir à traduire et à instruire. D’où le fait que l’on désigne par « belles infidèles » cette pratique de la traduction inexacte, privilégiant soit un idéal esthétique conforme à la langue vers laquelle le texte est traduit, soit certaines valeurs, évacuant ainsi certains mots jugés trop scandaleux par exemple. Traduire soulève alors la question de savoir comment transmettre la beauté d’un texte et ce que l’on veut, plus globalement, transmettre. Dans sa communication sur les traductions anglaises de D’Annunzio, « Lost and found in translation », Lara Raffaelli s’est concentrée sur Il Piacere (1889) de D’Annunzio, son premier roman, lequel a subi ce qu’elle nomme une « adultération » de traduction. Elle est ainsi revenue sur le degré de censure des traductions, alors très élevé en Grande-Bretagne. D’ailleurs, le texte original n’a pas été restitué de façon exhaustive par Harding, son premier traducteur. Enfin, elle a mis en exergue les difficultés que peut rencontrer un traducteur de D’Annunzio, à savoir retranscrire le côté lumineux de son écriture, ainsi que les procédés comme l’imitatio, les mentions intertextuelles ou encore la synesthésie.

Puis la parole a été donnée à Bénédicte Coste et moi-même. Il s’agissait pour nous de présenter les recherches que je mène actuellement sous sa direction, afin d’alimenter la base de données « Décabase », dédiée aux traductions et mentions de traductions des auteurs décadents anglais dans les périodiques français fin de siècle – courez lire la présentation de ce carnet ! Nous avons également présenté quelques traductions, lesquelles revêtent un grand intérêt : l’expertise de Bénédicte Coste a en effet pu mettre en évidence soit leur rareté, tels des poèmes d’Ernest Dowson, lisibles dans Le Prisme et dans Vers et prose – sur lesquels un prochain billet s’attardera –, soit des traductions auxquelles on ne s’attendait pas, telle la pièce Ariane à Mantoue de Vernon Lee, publiée dans Vers et prose.

La Décadence, le plus souvent abordée à travers ses floraisons françaises et anglaises, est avant tout un mouvement qui se revendique comme international. Aussi, les trois interventions qui suivirent portèrent sur les traductions décadentes hors Europe. D’abord, Katharina Herold (Oxford), spécialiste de littérature comparée et de la question de l’orientalisme fin de siècle, a proposé une étude sur les traductions de Wilde dans les pays arabes. Il faut savoir que Wilde est l’un des auteurs anglais les plus traduits dans ces pays ! Pour les Égyptiens, la Décadence est un concept européen ; l’enjeu de la traduction est donc à la fois culturel et littéral, mais aussi politique puisque le post-colonialisme apparaît comme un challenge pour faire passer de telles œuvres auprès du lectorat. Consacrant son analyse au recueil The happy Prince and other tales (1888), traduit par El Amir El Said, Katharina Herold a questionné notamment la réception de l’exotisme wildien, un exotisme par conséquent retravaillé et esthétisé, par un lecteur arabe. Question qui se décline à d’autres œuvres de Wilde, telle sa pièce Salomé. Pour parvenir à la traduction de l’anglais vers l’arabe, une table de translitération, c’est-à-dire, dans ce cas précis, la traduction d’un son en anglais par un son en arabe, a été utilisée, même si celle-ci reste très perfectible. Le sens devient en effet approximatif, ou bien, si cela ne donne rien, le mot n’est pas traduit.

Katharina Herold et Adam Wilson.

Puis, deux jeunes chercheurs ont abordé la Décadence russe. Adam Wilson (Glasgow) a présenté le réseau des auteurs décadents russes, comme Valéri Brioussov, Viatcheslav Ivanovitch Ivanov, Dimitri Merejkovski, Jorgi Tchoukov, Vladimir Soloviev, et la poétique mise en place par ceux-ci. En effet, à leurs yeux, être décadent est une activité révolutionnaire, qui adviendrait au travers de trois axes primordiaux : la révolte politique, une sexualité extatique et un changement profond de la littérature. Le langage doit ainsi être renouvelé, purifié, fragmenté, aboutissant au vœu qu’en avait formulé Paul Bourget : l’« indépendance du mot » ; la langue décadente russe serait donc une langue « transrationnelle », qui n’a pas de sens défini. Ensuite, Ekaterina Shatalova (Oxford) s’est, quant à elle, intéressée aux traductions russes de la pièce de Wilde, Salomé, très nombreuses entre 1892 et 1910; puis inexistantes avant un regain durant la fin de siècle suivante. Une fois la pièce jouée, les traductions de celle-ci ont été diffusées à travers la presse.

La Décadence française a constitué l’objet des communications de l’après-midi.

Colton Valentine (Yale), menant des recherches sur le cosmopolitisme et plus tournées vers la sociologie, a analysé la trajectoire des traductions de deux romans de Huysmans, En Route (1895) et La Cathédrale (1898), les deux premiers volets de sa trilogie catholique, complétée plus tard par L’Oblat. Colton Valentine a ainsi retracé très précisément l’itinéraire de ces traductions, des contrats passés avec leurs éditeurs respectifs aux succès rencontrés en librairie, auxquels la critique journalistique – notamment Gladstone – a grandement participé.

Eleanor Keane (Goldsmiths) a exploré les traductions des contes de fées chez Renée Vivien. Elle a démontré combien la traduction comme transformation se retrouve dans la trajectoire personnelle de Vivien elle-même, laquelle passe de citoyenne britannique à auteure française d’avant-garde. Vivien a publié de nombreux contes, notamment Brumes de Fjords (1902), Une femme m’apparut (1904) ou La Dame à la louve (1905), mais a également traduit des contes déjà existants, comme celui de Blanche-Neige. Selon Eleanor Keane, la démarche esthétique de Vivien ne repose pas tant sur la traduction, que sur la transmutation. Sous sa plume, le conte de fées mue en texte décadent. Disséquant davantage le cas de Blanche-Neige, Eleanor Keane a souligné les liens tissés avec les Vénus anatomiques en cire du XVIIIe siècle, du fait notamment du cercueil en verre. Manière d’inscrire ce conte dans le champ décadent de l’époque, par un jeu intertextuel avec « La Princesse sous verre » de Jean Lorrain (Princesses d’Ivoire et d’Ivresse, 1902), par exemple.

Enfin, l’aspect diachronique des traductions décadentes a été développé par Anne Rainey, qui s’est intéressée à des traductions tardives de Rimbaud, par un poète irlandais, Ciaran Carson (1948-2019). Son étude visait à observer la redéfinition de travail de traducteur par Carson, lequel se revendiquait comme un « bricoleur », c’est-à-dire que traduire relève de la restauration, de la rénovation, de découpages, d’extrapolations, d’interprétations, de reprises, etc. Mais Carson insiste sur la dimension ludique d’une telle pratique. Anne Rainey a enfin souligné la diachronicité des traductions qui nous sont contemporaines, dans la mesure où celles-ci entraînent avec elles toute la littérature publiée depuis, comme palimpseste. C’est ainsi que Jack Kerouac s’invite dans ces traductions, puisque Carson traduit « Ma Bohème » par « On the Road », « paletot » par « has-been-through-the-wars-Ex-Army greatcoat ».

S’en sont suivis des ateliers pratiques de traductions décadentes. Il s’agissait de choisir entre traduire Huysmans (avec Brendan King), Rachilde (avec Jennifer Higgins) ou D’Annunzio (avec Elisa Segnini), les textes originaux proposés mettant à rude épreuve même le plus francophone des lecteurs !

Changement de décor pour mieux achever cette journée. C’est dans la Bibliothèque de l’Université de Glasgow que nous avons assisté au lancement de l’exposition numérique des Récréations postales de Mallarmé, travaux menés par Matthew Creasy, à voir ici : https://www.gla.ac.uk/myglasgow/library/files/special/mallarme/story_html5.html

Ces fameux textes font en effet l’objet d’une numérisation exhaustive de leurs enveloppes manuscrites, laquelle permet de clarifier les termes employés par Mallarmé, d’avoir des renseignements sur les liens existant entre ce dernier et telle personnalité à qui il adresse une enveloppe versifiée, et même d’en écouter une lecture. Mais tout l’enjeu d’un tel travail est leur traduction en anglais, collective et ouverte à tous qui plus est. Celle envoyée à Huysmans, par exemple : https://dandtnetwork.glasgow.ac.uk/recreations-postales/ms-whistler-m206-001/

À vous de jouer !

Enfin, une lecture-performance de Mallarmé and the Postman par Philip Terry (Essex) et l’un de ses étudiants (Callum) a été donnée.

Nous remercions encore Matthew Creasy et Stefano Evangelista de nous avoir conviées à si vertigineuse descente au sein des traductions décadentes.

Quelques liens pour suivre ou relire/revoir les activités du réseau Decadence and Translation :

  • le blog : https://dandtnetwork.glasgow.ac.uk/
  • le compte Twitter : @DandT_Network
Cite this article as: Caroline Crépiat, "Decadence and translation : le compte rendu !" in Melliflux décadent, 13/01/2020, https://mellifluxdk.hypotheses.org/314.

Drôles de traductions – Une parodie de la circulation médiatique des traductions : La Vie Drôle (1893-1894)

La Vie Drôle, gazette chatnoiresque, est un périodique à la fois issu du Chat Noir et son dissident, suite à la vente du journal Le Chat Noir à un « monsieur quelconque »1 et au déménagement de celui-ci à un bon kilomètre au sud du cabaret2 . N’ayant pu racheter le journal malgré de multiples tentatives – d’intimidation, même ! –, Alphonse Allais et George Auriol lancent le leur fin 1893.

Frontispice de La Vie Drôle. La gazette se trouve à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris.

La Vie drôle se trouve ainsi alimentée par la fine équipe du Chat Noir d’avant 1893, parmi lesquels Willy, Franc-Nohain, Haraucourt, Dépaquit, Gabriel de Lautrec ou Georges Delaw, et s’organise au sein du cabaret. S’il ne s’agit pas simplement de perpétuer le réel esprit chatnoiresque, puisque la ligne éditoriale se pare d’atours qui se veulent « nouveaux », au niveau de la mise en page et de l’espace offert aux arts graphiques notamment, pour ce qui concerne l’objet de ce carnet de recherches, la traduction, la gazette reprend la ligne éditoriale subversive du Chat Noir, tout en en jouant à l’échelle du journal, prolongeant ainsi les parodies de son prédécesseur.

La subversion de la traduction prend en effet une nouvelle dimension dans La Vie Drôle, gazette chatnoiresque. Ce périodique dont l’existence est brève – seulement onze numéros hebdomadaires – est aussi un terrain de jeu revendiqué par ses auteurs comme étant plus expérimental que ne l’a été Le Chat Noir, dans le but affiché de se démarquer de celui-ci. Une mystification est ainsi reconduite de numéro en numéro. La gazette ne cesse de promettre au lecteur un fabuleux feuilleton à venir dans ses colonnes, Le Roi des Madrépores, et ce sans jamais en citer l’auteur, bien qu’on ne le devine – Alphonse Allais –, le titre étant le nom du bateau du Captain Cap 3 . Amené à grands renforts de réclames, jusqu’à parasiter ingénieusement la trame du journal, à interrompre une histoire ou à servir d’entracte entre deux textes, un texte finit par paraître, qui n’est pas celui que l’on attend : Le Roi des Madrépores ne sera jamais publié dans La Vie Drôle – ni ailleurs. Ce texte, ironiquement intitulé « La Vérité sur Le Roi des Madrépores »4 , explique les conditions éditoriales qui ont conduit au retard de publication du feuilleton-phare de la gazette.

Résumons. Prenant des allures de roman d’aventure – c’est en effet ce qu’on nous a promis5 –, le récit retrace l’histoire rocambolesque du vol du manuscrit par un certain John Flip, lequel le traduit en anglais, brûle le manuscrit original, avant de faire le tour du monde pour tenter de le vendre aux journaux anglophones les plus établis : le Times, le Harper’s Magazine, le Sydney Herald et le Sydney Daily News, tous prêts, évidemment, à l’acheter à prix d’or. Mais les correspondants de La Vie Drôle, en alerte, tentent d’arrêter le traducteur. Récupéré de justesse avant sa publication dans un périodique australien par W. G. Stevenson, correspondant au Sydney Daily News, le manuscrit traduit est enfin renvoyé – par bateau, ce qui retarde un peu plus encore sa réception en France – à la rédaction du journal dont il serait la propriété exclusive. Pour lire ce roman que le monde entier se dispute, il faudra désormais attendre sa traduction dans sa langue d’origine.

Ce canular pourrait sembler anecdotique, surtout qu’il est publié dans un périodique qui l’est tout autant, s’il ne condensait à lui seul tous les travers de la viralité de la traduction, mais aussi les coulisses du champ médiatique et leurs artifices, que les auteurs chatnoiresques n’ont de cesse d’exhiber et de dévoyer. Dans les faits, Allais ne parvient pas à rendre son texte à temps du fait d’une aptitude certaine à la procrastination, ainsi que d’un séjour loin de Paris et de ses activités journalistiques6 . Il reste qu’il est frappant que celui-ci recoure précisément à la question de la traduction comme prétexte. Rondement mené, ce récit met en scène de façon littérale la circulation médiatique frappée d’imprévisibilité. Une circulation qui, normalement, dépasse le cadre des petites revues. Les éléments spécifiques à la publication de traduction dans les périodiques sont massivement mobilisés comme la possibilité de reproduire un texte dans un grand nombre de numéros, sa traduction sauvage, sa valeur économique, les questions de propriété littéraire, ou les rapports entre les journalistes à une échelle désormais internationale, par le biais de correspondants. Singeant la portée internationale de son réseau et de l’intérêt conféré à ses productions, La Vie Drôle se positionne à rebours dans ce champ en pleine expansion.

Ce faisant, Allais torpille l’opposition entre cosmopolitisme et nationalisme, que la presse relaie7 . Il n’est nullement question de savoir si un texte en anglais ne serait pas publiable en France, et inversement. Les modalités géographiques, distendues au maximum ici, ainsi que les impasses linguistiques afférentes, sont renversées au profit du paradigme temporel, tout aussi contraignant en régime médiatique. Si la traduction du Roi des Madrépores tarde à venir, ce n’est plus de son ressort : il renvoie la balle à deux collaborateurs de La Vie Drôle, Paul Fabre et Maurice O’Reilly8 , « traducteurs jurés du M. T. B. S. ». Traduction ? Mean Time Between Sorties, peut-être… Pour sûr, cette aventure fumiste et expérimentale aura conduit à mener en bateau le lecteur !

Ces drôles de traductions prêtent-elles à rire ? Sans nul doute, elles font de la traduction un topos littéraire et médiatique supplémentaire à déconstruire. La petite presse satirique fin de siècle est-elle toujours si peu encline à offrir à son lectorat des traductions ?

À suivre !

Cite this article as: Caroline Crépiat, "Drôles de traductions – Une parodie de la circulation médiatique des traductions : La Vie Drôle (1893-1894)" in Melliflux décadent, 10/01/2020, https://mellifluxdk.hypotheses.org/264.

  1. Le terme est d’Allais lui-même, dans une Lettre à Salis ([non datée, n° 159], Cher Monsieur vous-même ! – Correspondance 1875-1905, Préface et notes de François Caradec, Paris, Fayard, 1999, p. 157). []
  2. Voir notre article sur la question : « Mener la vie dure au Chat Noir : La Vie Drôle (novembre 1893-février 1894) », Caroline Crépiat, Denis Saint-Amand, Julien Schuh (dir.), Poétique du Chat Noir, actes du colloque ayant eu lieu à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris les 6 et 7 décembre 2018 (à paraître). []
  3. Mais est-ce seulement Allais qui « signe » ou Allais que l’on salue ? Rien n’est moins sûr : cela pourrait tout aussi bien être Auriol, lequel avait repris le flambeau du Captain dans Le Chat Noir en août 1893 – initié par Allais fin 1892 –, ou tout autre collaborateur, afin de perpétuer cette scie rituelle lancée quelques mois plus tôt, dans un but de cohésion de groupe. Toujours est-il qu’un ouvrage doit déjà être en cours d’écriture sous la plume d’Allais : Le Captain Cap : ses aventures, ses idées, ses breuvages a paru chez Juven en 1902. []
  4. [Anonyme], « La Vérité sur Le Roi des Madrépores », La Vie Drôle, n° 9, 20 janvier 1894, p. 7. []
  5. « Grand roman psychologique et d’aventure » sert de sous-titre publicitaire à ce roman. []
  6. Il s’est en effet absenté de Paris, séjournant à Nice et à Cannes, en décembre 1893 et janvier 1894. []
  7. Maurice Barrès, « La Querelle des nationalistes et des cosmopolites », Le Figaro, 4 juillet 1892. []
  8. Ils sont tous deux acteurs du très cosmopolite journal Paris-Canada. []

Drôles de traductions – Subvertir la traduction à la fin du XIXe siècle : Le Chat Noir (1882-1897)

Pour qui fréquente La Revue blanche ou Le Mercure de France, ou encore des journaux à plus fort tirage tels que La Revue des Deux Mondes, la pratique de la traduction en langue française dans les périodiques fin-de-siècle semble foisonnante et s’intensifie à partir des années 1890. Elle signe l’évolution du statut de la traduction et du texte étranger dans le champ littéraire, mais aussi au sein de la culture médiatique. Cette pratique, dominée par les œuvres contemporaines de langue anglaise, allemande et russe, s’inscrit dans un cosmopolitisme global. Aux yeux de ses producteurs, l’importation de la littérature étrangère contribuerait à un renouveau du paysage littéraire. Plus encore, cette démarche entre en corrélation avec la ligne éditoriale de périodiques d’avant-garde, propagateurs également, dont la vocation est de publier de l’inédit, puisque la traduction est alors considérée comme telle. Évidemment, une telle abondance de matières ne saurait passer inaperçue et devient rapidement l’objet de parodies, dans les colonnes de la petite presse elle-même. Du moins, à notre connaissance, dans celles du journal Le Chat Noir – on pourrait étendre l’analyse à la presse satirique de la période qui nous intéresse pour en mesurer la spécificité. Le périodique humoristique ne se conçoit en effet pas comme un lieu permettant ce type de publication. En particulier, un journal tel que Le Chat Noir qui se cristallise autour de son lieu de vie, Montmartre, revendiqué comme une République indépendante – tandis que Paris est conçue comme une contrée lointaine et étrangère, aux mœurs aussi absurdes que caduques. Dès le premier numéro, le journal s’affirme en tant qu’« Organe des intérêts de Montmartre », formulant explicitement sa dimension territoriale – à l’aune de l’animal auquel il emprunte son nom –, tout en ne dissimulant pas sa volonté impérialiste de faire de Montmartre « le centre du monde »1. Sans surprise, donc, une évaluation de la place de la littérature étrangère traduite dans le Chat Noir nous amène au constat qu’elle est rarissime, voire quasiment inexistante, y compris dans la rubrique bibliographique hebdomadaire censée rendre compte des dernières parutions. Il convient d’ailleurs de souligner que des collaborateurs actifs au sein de ce périodique, tels Verlaine ou Gabriel de Lautrec, ont traduit et publié des auteurs étrangers, plus précisément anglophones, mais dans d’autres journaux2. L’enjeu de ce billet est d’analyser la posture chatnoiresque face à ce pullulement de traductions et d’observer dans quelle mesure cette subversion permet plus largement de tourner en dérision le champ médiatique lui-même.

Les Îles britanniques vues du Chat Noir. Avenet, Ferdinand (Ferdinandus), « Dieu et mon Droit ! », Le Chat Noir, 13 septembre 1884 .

Traduire : le clou du modernisme ?

Revenons d’abord sur la traduction telle qu’elle est conçue par les auteurs du Chat Noir. Pour eux, elle est liée à l’enseignement et au passé : elle évoque avant tout l’exercice scolaire ennuyeux de la version grecque ou latine. Les souvenirs d’école émaillent les textes à ce sujet : « − Et nous, nous végétons, à l’ancre / Dans l’encre / Et le latin, égaux fléaux ! »3. C’est en effet un exercice rigide, à la solution absolue, dans la mesure où tout écart par rapport à la norme est sanctionné comme une faute. Une nouvelle d’Alphonse Allais4 présente ainsi les tentatives d’une classe de faire varier la traduction attendue, mais prévisible, répétitive, ritualisée, pour ne pas dire insensée, en la modernisant, au profit d’« interprétations audacieuses », car anachroniques, ce qui « fai[t] pousser à [leur professeur] de sourds gémissements » :

« Un beau jour, dans une version latine, s’était présenté le mot onera, pluriel de onus, qu’on traduit le plus souvent par fardeau. Ce fardeau commençait à m’horripiler. Pour changer un peu, je traduisis bagages. […] Puer était constamment traduit chez [Maurice] par gosse, lætitia par rigolade, et quand on croyait trouver dans sa version une courtisane d’une grande beauté, il fallait s’attendre à lire une cocotte extrêmement chic. »

Le procédé est décliné et toute une gamme de variantes devient opérante pour un même mot latin : « Le pauvre onus surtout n’y coupait pas. On était arrivé à employer malles, valises, paquets, etc. » Plus encore qu’un refus de prendre au sérieux tout discours, la réactualisation opérée épingle en réalité la manière de l’époque de traduire de façon littérale, mot à mot, tout texte qui se présente, quitte à en sacrifier la qualité5 , voire à le rendre inintelligible.

Cette prise de distance avec le texte original, preuve d’indiscipline ici, fait par ailleurs écho à une modalité de traduction en vogue à la fin du XIXe siècle : il n’est pas seulement question de traduire, il peut s’agir d’adapter, d’écrire « d’après », ou encore de « traduction libre ». Ce dernier marqueur de traduction est, selon les statistiques offertes par la base de données « Intraduction – Traduire en français, 18e-19e siècles »6 , sur la période couvrant la parution du Chat Noir, 1882-1897, peu usité (seulement 3,4%). S’il s’agit des résultats d’un dépouillement des titres publiés en ouvrages, et non en revues, voire petites revues, cela indique malgré tout une tendance. C’est d’ailleurs précisément pour ce marqueur-là qu’optent principalement les traducteurs chatnoiresques. Non pas tant par souci de la rareté ou du geste marginal, mais bien parce que l’intitulé du marqueur lui-même semble absurde, et sans doute affecté. C’est ainsi « librement » qu’est traduit un conte de Mather Smith par Alphonse Allais7 ; hâtivement, au vrai, puisque l’original est publié le même mois dans le Harper’s Magazine. Maurice Curnonsky, lui, fait d’une « traduction plutôt libre » des vers d’« un ancêtre de Leconte de Lisle », Lucrèce, la chute humoristique d’une de ses chroniques8 , en reprenant la méthode des collégiens allaisiens. « Libre » : cette épithète est alors sur toutes les bouches, et surtout accolée à toute innovation artistique. Songeons au vers libre, dont la querelle fait alors rage emmi les gens de lettres, ou encore au Théâtre-Libre d’Antoine. La « traduction libre » serait-elle le comble du modernisme ? Son « clou », selon le mot de l’époque ?

Peut-être, car à tout prendre, autant l’enfoncer davantage et procéder au dérèglement de ses codes dans leur globalité, de sa production à sa publication. Ainsi la seule mention de « traduction » suffit-elle à signaler l’absurde du texte à venir et à déclencher le rire. Alphonse Allais moque cette pratique par l’annihilation de l’opération de traduction elle-même, laquelle consiste à passer d’une langue à une autre. Le syntagme « traduit de », qui constitue l’appareil péritextuel de convention, afin d’expliciter la langue d’origine du texte, se trouve dévoyé dans « Poème morne – Traduit du suisse »9 . Placé ironiquement sous l’égide de la négation – de toute traduction, donc, mais aussi du rire, laquelle est reconduite tout au long du texte, et ce dès la dédicace à son pair humoriste : « Pour qu’Auriol pleure » –, le poème prend les traits définitoires de la blague, c’est-à-dire qu’il « cache moins une présence qu’[il] n’exhibe une absence »10 . Comme toute bonne blague, Allais s’amuse à la répéter, notamment à l’occasion de la publication du texte en recueil quelques années plus tard11 : « Poème morne » est alors « traduit du belge ». Une telle mystification, organisée « dans la connivence et la surenchère »12 , puisqu’elle est réservée aux lecteurs du Chat Noir, renvoie à la posture provocatrice de l’esthétique fumiste :

« Faire sentir à quelqu’un, dans une assemblée nombreuse, par une série de mots, qu’il est un imbécile, c’est le propre de l’esprit. Abonder dans son sens et lui faire donner la quintessence même de son imbécillité, c’est le propre même du fumisme. »13

La traduction se trouve dès lors propulsée dans un entre-deux, entre la mise à distance fumiste et le réarrangement en demi-teinte, subversif, renvoyant dos à dos l’académisme rigide de la pratique et la platitude des traductions produites par les avant-gardes se revendiquant du cosmopolitisme, pour en faire jaillir le vide.

Graecum est, non legitur 

Puisque traduire un texte suppose de rendre le texte d’origine compréhensible au lectorat d’une autre langue, il s’agit pour le collectif du Chat Noir de faire usage de la traduction pour le rendre, précisément, illisible. Manière comme une autre de « mettre le monde à l’envers »14 . Non content de faire paraître des traductions fumeuses, Le Chat Noir s’amuse à compromettre toutes leurs possibilités de lecture. Ce sont par exemple des annonces de traductions à paraître qui n’existent pas, tels que les Contes du Chat Noir par Rodolphe Salis, soi-disant traduits en russe à la demande de l’empereur de Russie15 ou « la traduction du Bottin en chinois, ouvrage entrepris depuis longtemps… »16 , par un Henry Somm atteint de « japonisme aigu »17 . Ce dernier exemple tend à montrer combien un traducteur peut être dénué de bon sens, au vu des critères de sélection absurdes qui président au choix des œuvres qu’il décide de traduire. Dans Le Chat Noir, le texte est parfois directement publié en tant que traduction bien qu’il en soit l’unique version. C’est le cas de certaines chroniques théâtrales de Willy dont l’une d’elles est rédigée directement dans un grec de son invention. L’auteur joue alors sur le décalage provoqué par le remplacement de chaque lettre – ou presque – du texte français par son équivalent en alphabet grec :

« Σάνϛ ϰὅντἔστέ ῖλ φαὖτ λοὓερ λ’εξ-Εδεν δε νοῢς δόννερ Lysistrata, πρίμο παρϰε ϰῢε νότρε άμι Δόννη ρέγὄργἑ δε τάλἕντ, πύις παρϰε ϰῢε σόν ὰριστόφἁνεσϰῢε φάνταῒσιε ἵνσπΐρα à Fernand Vanderem ύνε πάγε ἐλοϰΰέντε σΰρ λέ περε δες Φὄλλίϰῢλαιρες ϰὀμμε ίλ λ’ἂππἔλλε »18

Au-delà de la diversité exotique des langues invoquées, on notera la constante du choix linguistique : le russe, le chinois, le grec, soit des langues dont les alphabets respectifs prennent des formes hiéroglyphiques – aux yeux du profane, ou philistin. En régime de mystification, leur lisibilité distinction est brouillée. Si bien que le lecteur, nous l’avons détaillé ailleurs19 , convié à la fête, se doit de prendre à son tour un masque, celui d’un « Œdipe chatnoiresque »20 , afin de déchiffrer, deviner, lire entre les lignes. Ou ne rien lire du tout, comme semblent le souligner les derniers mots d’une autre chronique théâtrale de Willy21 , cette fois entièrement rédigée en latin, « Graecum est, non legitur » en soulignant le jeu sur les langues et l’histoire,reprenant une locution prêtée aux « anciens commentateurs ou glossographes du droit civil, qui n’entendant point le grec, passaient tous les mots de cette langue à mesure qu’ils les trouvaient dans leur chemin, sans en pouvoir donner l’explication »22 . Il est vrai qu’un pavé en latin donne furieusement envie de le sauter, et de ne pas y revenir. Et le consensus chatnoiresque de ne traduire que dans le but de se jouer des nouvelles règles en cours au sein du champ littéraire, tout en amusant la galerie, semble inviter le lecteur à telle passade

S’appuyant sur sa réputation d’humoriste, ainsi que sur l’attente du lecteur du Chat Noir, Willy trouve en réalité un moyen de déjouer la censure afin de publier une chronique portant sur la pièce très controversée de Gabriel Mourey, Lawn-Tennis, lequel n’a pu, de ce fait, la faire représenter en 1891 au Théâtre-Libre, Antoine craignant un scandale – à cause des scènes jugées osées – qui aurait conduit à la fermeture de son théâtre23 . Cette pièce en un acte traite en effet de saphisme en milieu aristocratique, aboutissant à l’étranglement d’une des protagonistes par sa maîtresse. Sous couvert de la langue étrangère, Willy prend position, dans le but de défendre Mourey, car cette affaire est débattue dans la presse : il traduit un passage de la lettre de dédit d’Antoine adressée au dernier moment à Mourey. Preuve supplémentaire, s’il en est, de l’imposture de la fameuse épithète « libre », de la part d’un théâtre qui se targue d’innovation et d’audace ! Et Willy saisit l’occasion qui lui est donnée de glisser dans sa chronique la description d’une des scènes saphiques :

« Quaedum flebiliter effundit, insano quodam amore inflammata Camilla, invitam Helenam amplectitur, osculum osculo admovet, et cum singultibus, corpori corpus permiscet. »24

Il est bien question ici, de façon métalangagière, de subvertir la traduction, c’est-à-dire de manipuler la langue étrangère pour la rendre indécente. Una atque eadem opera aliquid facere! Inévitablement pourtant, une telle atteinte aux bonnes mœurs est épinglée par les défenseurs de l’ordre moral fin-de-siècle, qui semblent ne pas avoir perdu leur latin. Ce à quoi Rodolphe Salis, le gentilhomme cabaretier et directeur du journal, répond, deux semaines plus tard, dans un encart, menaçant de faire paraître tout Le Chat Noir « en latin, voire même en arabe, si cela ne suffit pas », si « ces messieurs du parquet » osent encore « blâmer [leur] façon d’être gais »25 .

Malgré le recours à une langue morte, ce sont ici les mécanismes de la modernité littéraire qui sont mis à nu. En brouillant les pistes, il s’agit, pour le collectif, d’occuper une position fumiste. En effet, on ne sait plus trop si Le Chat Noir dénonce une imposture, en tournant la traduction en mystification, ou s’il adhère à cette pratique, en la réinvestissant et, ce faisant, en la relayant, par la mise en scène d’un collectif prêt à en faire une marque distinctive. Pourtant, qu’elle ménage un (faux) engagement, un canular ou une menace, la traduction chatnoiresque tarde systématiquement à venir. Plus précisément, cette mise à distance temporelle de la traduction fait système. Elle participe de la blague, mais également s’institue à contre-courant de la cadence de production quasi-industrielle des traductions – qu’il s’agit de critiquer –, s’appuyant sur celle de la parution en périodique. Prendre ses libertés avec une traduction qui ne paraîtra jamais, prétexte répété à ce délai, prétexte à la procrastination de l’auteur également, renouvelle et renforce la posture fumiste par excellence.

Dans une dynamique à la fois d’avant-gardisme et de différenciation, subvertir la traduction est un moyen comme un autre de se saisir d’une pratique qui agite alors le champ littéraire et médiatique. Si la parodie est très prégnante à la fin du XIXe siècle, en particulier dans Le Chat Noir qui en fait un principe d’écriture, celle relevant spécifiquement de la traduction et de ses codes semble plus marginale. Les textes rapportés ici ne sont pas que des exemples choisis ; ils constituent en tout et pour tout un micro-corpus au sein de ce journal, qu’il convenait d’examiner. Ils ont cependant permis de révéler une posture alternative à celle du cosmopolitisme tel qu’il est décrié à l’époque par les nationalistes. Plutôt qu’attaquer, Le Chat Noir biaise : il s’agit de contourner le débat qui anime le champ littéraire et médiatique au tournant des années 1890 et de le désamorcer par un constant décalage. Ces auteurs prennent un malin plaisir, d’une part, à occulter les traductions des langues courantes (l’anglais par exemple), lui préférant les langues mortes, d’autre part, à proposer leur propre version, « moderniste », par un traitement fantaisiste, à grand renfort de couacs linguistiques et de dissociations entre l’énoncé et l’énonciation. Par cette opération de mise à distance proprement fumiste du texte, la cible est simultanément plus globale et plus difficile à cerner. Ce sont plus précisément les institutions dominantes, qui à la fois font usage de la pratique de la traduction et en diffusent les productions – l’école, la littérature, la presse, le domaine du spectacle –, qui sont visées. Par cette démarche réflexive, geste marginal dans la presse fin-de-siècle, Le Chat Noir soulève néanmoins de réels questionnements sur la pratique de la traduction, ses codes et son statut, et en cela, involontairement sans doute, précède ses contemporains. Enfin, nous assistons à une thématique traitée de façon épisodique dans l’histoire du périodique qui nous intéresse. Après la défection massive de la rédaction courant 1893, et son rapatriement dans un premier temps au sein de La Vie Drôle – nous y reviendrons –, la politique éditoriale du Chat Noir délaisse la subversion tous azimuts, pour se tourner davantage vers la « bonne chanson française », alors même que l’on assiste à une « restructuration importante du champ littéraire que l’on peut résumer par le terme de transnationalisation »26 après 1895. À force de procrastination et d’école buissonnière, Le Chat Noir a raté le train en marche ! Cette étude, portant certes sur un point anecdotique de la poétique chatnoiresque, met malgré tout en lumière l’ancrage du Chat Noir dans ce qui se faisait dans les années 1880-1890, que ce soit esthétiquement ou médiatiquement. Déjà ébranlé par sa revente en 1893, puis par la mort de Salis début 1897 et la fermeture du cabaret qui en découle, lequel lui apportait par sa renommée et son statut une publicité oblique, le journal cesse toute publication à l’automne 1897. On est en droit de se demander s’il aurait pu passer l’année 1900 et perdurer dans le champ médiatique, tant il semble, paradoxalement, passer à côté des attentes contemporaines des nouvelles avant-gardes et du lectorat afférent, en particulier l’ouverture sur les littératures étrangères, désormais incontournable.

Dans un prochain post, un autre périodique chatnoiresque – parfaitement ! – sera traité.

Cite this article as: Caroline Crépiat, "Drôles de traductions – Subvertir la traduction à la fin du XIXe siècle : Le Chat Noir (1882-1897)" in Melliflux décadent, 06/01/2020, https://mellifluxdk.hypotheses.org/216.

  1. Jacques Lehardy [Clément Privé], « Montmartre », Le Chat Noir [abrégé dans ces notes en CN], n° 1, 14 janvier 1882. []
  2. Paul Verlaine a ainsi traduit quatre poèmes d’Arthur Symons, publiés dans La Revue encyclopédique (1895), republiés dans Vers et prose, dans le fascicule de décembre 1905 – janvier – février 1906 ; « en outre ! » de plusieurs traductions de Twain, Havelock Ellis et Oscar Wilde (avec Henry-D. Davray) publiés au Mercure de France, Gabriel de Lautrec a traduit Matthew Phipps Shiel pour Je sais tout, magazine encyclopédique illustré (1911-1912). Seul Allais fait paraître en Une, par deux fois, la traduction d’humoristes américains, notamment Mark Twain : « Histoire du petit Stephen Girard », CN, n° 454, 27 septembre 1890, republiée dans Le Parapluie de l’escouade, Paris, Ollendorff, 1893. []
  3. N. Lorédan, « Sonnet de potache », CN, n° 343, 11 août 1888. []
  4. Alphonse Allais, « Modernisme », CN, n° 176, 23 mai 1885. []
  5. En effet, que penser des traductions, abondantes, d’Henry-D. Davray ? Entre autres. []
  6. http://intraduction.huma-num.fr/ []
  7. Alphonse Allais, « Santa Clau’s mistake (by gouverneur M. Smith) (Traduit (librement) de l’américain par Alphonse Allais) », illustrations par Henry Somm, CN, n° 363, 29 décembre 1888. []
  8. Maurice Curnonsky, « La Chute de l’A privatif », CN, n° 682, 16 février 1895. []
  9. Alphonse Allais, « Poème morne – Traduit du suisse », CN, n° 368, 2 février 1889. []
  10. Nathalie Preiss, « De « Pouff » à « Pschitt » ! – De la blague et de la caricature politique sous la monarchie de juillet et après… », Philippe Hamon (dir.), Blague et supercheries littéraires, Romantisme, n° 116, Paris, SEDES, 2002, p. 5. []
  11. Alphonse Allais, « Poème morne – Traduit du belge », Le Parapluie de l’escouade, Paris, Ollendorff, 1893, p. 87-93. []
  12. Daniel Grojnowski, « Présentation », Daniel Grojnowski, Bernard Sarrazin, L’Esprit fumiste et les rires fin de siècle, Paris, José Corti, 1990, p. 10. []
  13. Georges Fragerolle, « Le Fumisme », L’Hydropathe, 2e année, n° 8, 12 mai 1880. []
  14. Bernard Sarrazin, « Présentation », Daniel Grojnowski, Bernard Sarrazin, op. cit., p. 36. []
  15. CN, n° 521, 9 janvier 1892. []
  16. Mélandri, « Henry Somm », CN, n° 47, 2 décembre 1882. []
  17. Id. []
  18. Willy, « Le Chat Noir au Théâtre », CN, n° 573, 7 janvier 1893. []
  19. Lire notre article « Donner sa langue aux lecteurs du Chat Noir », Elina Absalyamova, Valérie Stiénon (dir.), Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle, Limoges, Presses Universitaires de Limoges, coll. « Médiatextes », 2018, p. 255-267. []
  20. Jules Jouy, « Casse-tête hebdomadaire », CN, n° 138, 30 août 1884. []
  21. Willy, « Le Chat Noir au Théâtre », CN, n° 519, 26 décembre 1891. []
  22. Jean Le Rond D’Alembert, Denis Diderot (dir.), « Transeat », L’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, t. 16, Neuchâtel, Samuel Faulche, 1751, p. 546. []
  23. Dans Le Mercure de France (1891, t. 3, p. 361-362), Pierre Quillard signe un compte rendu de l’ouvrage publié la même année chez Tresse et Stock, en recourant également au latin. []
  24. Notre traduction, ouverte à toute proposition d’amélioration : Alors même qu’elle s’effondrait en pleurant, Camille se sentit follement excitée, elle enlaça Hélène, colla sa bouche à la sienne, et dans des halètements, son corps se mêla au sien. Un mois plus tard, cette chronique, au latin retravaillé, est publiée dans La Plume (n° 67, 1 février 1892), sous le titre plus explicite de « Lawn-Tennis », mais paraît amputée de sa chute chatnoiresque. Il ne s’agit plus de plaisanter, sans doute. La version de la scène parue dans La Plume semble plus érotique encore, l’amour étant entre autres remplacé par l’ardeur : « Quaedum, insano quodam ardore inflammata ; flebiliter effundit Camilla, Helenam invitam amplectitur, osculum osculo applicat, et cum singultibus, corpori corpus permiscet. » []
  25. Rodolphe Salis, « Simple avis », CN, n° 522, 16 janvier 1892. []
  26. Blaise Wilfert-Portal, « La “querelle du cosmopolitisme” des années 1890 – Une perspective socio-historique », Anne Cadin, Perrine Coudurier, Jessica Desclaux, Marie Gaboriaud, Delphine Nicolas-Pierre (dir.), Romans et récits français, entre nationalisme et cosmopolitisme, Paris, Classiques Garnier, coll. « Rencontres », 2017, p. 90 . La transnationalisation, terme lié à ses débuts à l’économie et au néolibéralisme, est une émancipation politique, économique, mais aussi intellectuelle, culturelle, vis-à-vis des logiques de territoire. []

Présentation de Melliflux Décadent

For an english version, please find below this text translated by Bénédicte Coste.

Melliflux Décadent est le carnet de recherche rattaché aux travaux que je mène au sein de l’Université de Bourgogne, en tant que chercheuse post-doctorale, sous la direction de Bénédicte Coste (Centre InterLangues : http://til.u-bourgogne.fr/equipe/enseignants-chercheurs/3-equipes/enseignants-chercheurs/343-benedicte-coste.html).

Mon travail consiste à développer une base de données, « Décabase », réalisée par Arnaud Millereux (Pôle Informatique de la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon) et dont l’hébergement sera assuré par la Direction du Numérique de l’Université de Bourgogne.

« Décabase » recueille des traductions et des mentions de traductions de textes britanniques décadents dans les périodiques français finiséculaires.

Ce projet découle des recherches conduites par le réseau « Decadence in translation, Decadence as translation » initié par Stefano Evangelista et Matthew Creasy (Université de Glasgow).

Il s’inspire également de la base de données « Intraduction – Traduire vers le français 18e-19e siècles », en particulier la base « Traductions littéraires vers le français (1840-1915) » constituée par Blaise Wilfert-Portal (ENS Ulm) et Claire Guérin (Artl@s), laquelle répertorie les traductions en poésie, théâtre et roman. Cette base de données s’appuie sur l’indexation des volumes 1 à 27 du Catalogue général de la librairie française d’Otto Lorenz et Daniel Jordell rassemblant des notices bibliographiques de livres publiés en français entre 1840 et 1915, visant à présenter les livres disponibles dans les librairies françaises du XIXe siècle et répertorie quelque 6 700 titres. Elle propose également des statistiques et se présente comme un outil précieux pour les chercheurs qui s’intéressent à l’histoire du livre et à celle des traductions. Les périodiques, qui constituent un support conséquent pour la diffusion de traductions plus courtes, quelle qu’en soit la langue, ne sont cependant pas pris en compte.

Parallèlement, Numapresse, coordonné par Marie-Ève Thérenty (Université Montpellier 3) et Olivier Bara (Université Lyon 2), dont l’objet est de mettre en lumière une histoire culturelle et littéraire de la presse française du XIXe siècle à aujourd’hui, est à l’origine d’une autre base de données, également intitulée « Numapresse ». Cette base est alimentée, pour l’instant, principalement par la base Petite presse, sous la direction d’Alain Vaillant et Julien Schuh (Université Paris Nanterre), consacrée au dépouillement de périodiques satiriques. Au sein d’un tel contexte – nous reviendrons très prochainement sur ce point dans deux billets –, la présence des mentions de traductions ne peut être que réduite, voire inexistante.

Le but de « Décabase » est de fournir à nouveaux frais un regard détaillé sur les traductions disponibles à la fin de siècle, en particulier celles des textes décadents, c’est-à-dire tant des textes reconnus comme tels par leurs contemporains que ceux que nous pouvons de nos jours considérer comme décadents. Il convient de noter qu’à la fin du XIXe siècle, les traductions de l’anglais vers le français ne sont pas nécessairement axées sur les auteurs décadents, y compris dans les périodiques français promouvant spécifiquement la décadence, le symbolisme ou la littérature d’avant-garde.

Si l’on trouve des traductions – poèmes, romans, théâtre, essais – au gré des colonnes des périodiques, les mentions de traductions apparaissent quant à elles généralement dans des sections dédiées, à travers un discours critique : les bibliographies et comptes rendus de publications récentes. Il est intéressant de noter qu’au début des années 1880, ces sections se trouvent généralement à la fin d’un fascicule sous le titre de « Littératures étrangères ». Au cours des années 1890, cette section se développe et se transforme progressivement en sous-sections consacrées à une langue européenne donnée.

Afin de savoir quels textes britanniques ont été traduits ou mentionnés dans divers périodiques français entre 1880 et 1914, Bénédicte Coste et moi-même avons sélectionné un certain nombre de périodiques qui nous semblaient les plus représentatifs, dont voici succinctement la liste :

  • Les deux revues littéraires attendues dans un tel dépouillement, reconnues pour leur cosmopolitisme : Le Mercure de France (1890-1965) et la Revue blanche (1891-1903).
Une du Rappel du 15 janvier 1882. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7531816c.item
  • Des périodiques généralistes comportant une section dédiée aux littératures étrangères : La Revue britannique (1825-1901) (sous-titrée : « Choix d’articles traduits des meilleurs écrits périodiques de la Grande-Bretagne, sur la littérature, les beaux-arts, les arts industriels, l’agriculture, le commerce, l’économie politique, les finances, la législation, etc., etc. », La Revue bleue (1863-1939), un quotidien : Le Rappel (1869-1933), enclave hugolienne, La Revue des Deux Mondes (1829-encore publiée de nos jours), La nouvelle Revue (1879-1935), plus littéraire, lancée afin de contrer le conservatisme de La Revue des Deux Mondes.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36075x?rk=21459;2
  • Un troisième regroupement, plus littéraire et artistique, incluant également les petites revues dont la parution ne dure que quelques années : La Revue littéraire et artistique (1879-1882), La Revue contemporaine littéraire, politique et philosophique (1885-1886), La Revue indépendante de littérature et d’art (1886-1888), L’Ermitage (1890-1906), La Vogue (1886-1900), Vers et prose (1905-1914) et Le Prisme (1905-1906).
https://www.abebooks.fr/servlet/BookDetailsPL?bi=30083736287&searchurl=n%3D100121503%26sortby%3D17%26tn%3Dermitage%2B1904&cm_sp=snippet-_-srp1-_-title1
Parfaitement!

En attendant la publication en ligne de « Décabase », sur le site de l’Université de Bourgogne, ce carnet de recherches se propose d’alimenter la réflexion sur les traductions d’auteurs anglais décadents dans les périodiques fin de siècle, au gré du dépouillement mené, mais pas seulement. Une telle plongée dans les périodiques est aussi l’occasion d’en extraire des textes qui nous semblent revêtir quelque intérêt, des curiosités, tout autant qu’à nous intéresser à des périodiques moins enclins à donner dans le cosmopolitisme.


Melliflux Décadent, the scientific blog for fin de siècle translations and mentions of British Decadent writings into French (translation by Bénédicte Coste)

Melliflux Décadent is the scientific blog showcasing the project I conduct under Prof. Bénédicte Coste (Université de Bourgogne, http://til.u-bourgogne.fr/equipe/enseignants-chercheurs/3-equipes/enseignants-chercheurs/343-benedicte-coste.html).

I develop ‘Décabase’, a database of translations and mentions of translations from English into French in French fin de siècle periodicals. This database has been made by Arnaud Millereux (Pôle Informatique, Maison des Sciences de l’Homme, Dijon) and will be hosted by the Digital Direction of the University of Burgundy.

This project takes its cue from several other projects:

  • The ‘Decadence in translation, Decadence as Translation’ led by Dr Stefano Evangelista (Oxford University) and Dr Matthew Creasy (University of Glasgow) which gathered international scholars with a strong interest in the Decadence and translation (2018/2019)
  • ‘Intraduction – Traduire vers le français 18e-19e siècles’ and its database ‘Traductions littéraires vers le français (1840-1915)’ led by Drs Blaise Wilfert and Claire Guérin (ENS Paris). This freely accessible database lists all translations of poetry, drama, and novel from English into French. Some 6,700 works available in French bookshops over that period are listed.
  • Numapresse, led by Prof. Marie-Ève Thérenty (Montpellier 3 University) and Prof. Olivier Bara ( Lyon 2 University ), whose purpose is to highlight a cultural and literary history of the French press from the 19th century to nowadays, and its eponymous database, mainly supplied by the ‘Petite presse’ base, led by Prof. Alain Vaillant and Dr. Julien Schuh (Paris Nanterre University). Within such a context, mentions of translations can be limited, if not non-existent.

The specificity of ‘Décabase’ is its exclusive focus on periodical literature, arguably an important conduit for translations, usually of shorter texts. ‘Décabase’ aims at offering an almost complete list of translations and mentions of translations of British Decadent texts (texts that were either recognized as such by their first readers or that have been since recognized by scholars) in the French periodicals between 1880 and 1914. In fact, the majority of translations or of mentions of translations in periodicals are not of Decadent texts even in magazines with a strong interest in Decadence, Symbolism or avant-garde literature.

Translations, whether of Decadent poems, novel excerpts, drama, and essays, are usually found in all sections of periodicals, but mentions of translations appear in specific sections  such as recent publications and book reviews. In the 1880s such neglected sections generally appeared at the end of an issue under the title ‘Littératures étrangères’. Within one decade, that section enjoyed a spectacular growth and developed into several sub-sections devoted to several European languages.

To attain a better knowledge of the circulation of translations, we have selected some representative periodicals such as:

  • Le Mercure de France (1890-1965) and La Revue Blanche (1891-1903), noted for their literary and artistic cosmopolitanism;
  • La Revue britannique (‘Choix d’articles traduits des meilleurs écrits périodiques de la Grande-Bretagne, sur la littérature, les beaux-arts, les arts industriels, l’agriculture, le commerce, l’économie politique, les finances, la législation, etc., etc.’ 1825-1901), for its exclusive interest in British writings;
Front page of Le Rappel (15 janvier 1882). https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7531816c.item
  • Generalist periodicals featuring a foreign literature section such as La Revue bleue (1863-1939); Le Rappel (1869-1933), a newspaper supporting Hugo and the French Republic; La Revue des Deux Mondes (1829/), La nouvelle Revue (1879-1935), a more literary periodical launched to counter the conservative politics of La Revue des Deux Mondes ;
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36075x?rk=21459;2
  • More literary and artistic little reviews such La Revue littéraire et artistique (1879-1882), La Revue contemporaine littéraire, politique et philosophique (1885-1886), La Revue indépendante de littérature et d’art (1886-1888), L’Ermitage (1890-1906), La Vogue (1886-1900), Vers et prose (1905-1914) and the provincial Le Prisme (1905-1906).
https://www.abebooks.fr/servlet/BookDetailsPL?bi=30083736287&searchurl=n%3D100121503%26sortby%3D17%26tn%3Dermitage%2B1904&cm_sp=snippet-_-srp1-_-title1
Yes!

‘Décabase’ will be published on the Université de Bourgogne’s repository. In the meantime, ‘Melliflux Décadent’ publishes notes and discusses findings about the presence of British Decadent writers in translation in some fin de siècle French periodicals as the indexing goes on. Such a foray into those sometimes long neglected sections provides many opportunities to uncover wonderful material, curiosities and jewels of translations in selected periodicals.

Cite this article as: Caroline Crépiat, "Présentation de Melliflux Décadent" in Melliflux décadent, 03/01/2020, https://mellifluxdk.hypotheses.org/183.

Prochainement : Decadence and Translation

Nous participons, le 13 décembre à l’Université de Glasgow, à une journée d’étude dédiée aux traductions décadentes. En voici le programme !

Decadence and Translation

9.30: Welcome.
10am: Session 1.
Chair: Stefano Evangelista (Oxford)
Venue: Room 101, 5 University Gardens

  • Lara Raffaelli, ‘D’Annunzio in Translation’
  • Caroline Crépiat and Benedicte Coste (Burgundy), ‘Ubiquitous translations in French periodicals of the fin de siècle’

11am Postgraduate Papers Panel A
Chair: Jane Desmarais (Goldsmiths)
Venue: Room 101, 5 University Gardens

  • Katharina Herold (Oxford), ‘De-Orientalising pomegranates: Wilde in Arabic translations’
  • Adam Wilson (Glasgow), ‘Russian Decadence’
  • Ekaterina Shatalova (Oxford)  ‘Russian Translations of Salome’

12:30 pm – Lunch

1:30pm – Postgraduate Papers Panel B
Chair: Richard Hibbitt (University of Leeds)
Venue: Room 205, 5 University Gardens

  • Colton Valentine (Yale), ‘En Route to the Victorians: The Translation Histories of Two Novels by Joris-Karl Huysmans’
  • Eleanor Keane, (Goldsmiths) ‘Princesses of Glass and Silence: Renée Vivien’s (Re)translation of the Fairytale’
  • Anne Rainey, ‘Carson as bricoleur? Examining the technical challenges addressed by Irish poet Ciaran Carson, in translation of Rimbaud.’

3 pm – Translation workshop sessions

  • Translating Huysmans – Brendan King (Independent Scholar)
    Venue: Room 202, 4 University Gardens
  • Translating Rachilde – Jennifer Higgins (Independent Translator)
    Venue: Room 205, 5 University Gardens
  • Translating D’Annunzio – Elisa Segnini (University of Glasgow)
    Venue: Room 101, 5 University Gardens

4.30 pm – Postal Pursuits
Venue: Glasgow Library Special Collections
Chair: John Coyle (University of Glasgow)

  • Mallarmé and the Postman – Philip Terry (University of Essex)
  • Launch of Récréations postales: A Digital Exhibition – Matthew Creasy (University of Glasgow)

5.30pm Close

Melliflux décadent

Ce carnet vise à retracer nos recherches sur la présence de traductions de textes décadents anglais vers le français dans les petites revues fin de siècle (1880-1914).
Il a vocation à s’élargir à des titres moins enclins à mettre en place des traductions.