Une traduction récente de trois poèmes d’Ernest Dowson [par Bénédicte Coste]

Ernest Dowson, The poems of Ernest Dowson (London, John Lane, The Bodley Head 1922) https://archive.org/details/poemsofernestdow00dows/page/n9/mode/2up

Ernest Dowson n’est que l’un des nombreux poètes de la Décadence anglophone, connu de ses pairs en France au tournant du siècle avant de disparaître de la mémoire et de l’histoire de ce côté-ci de la Manche. Et d’abord des collections. Outre les éditions récentes de ses œuvres par R. K. R. Thornton, le catalogue de la BNF signale uniquement l’existence d’une réédition en 1940 à la Nonesuch Press de sa traduction des Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos, illustré par Chas Laborde1. L’édition originale de sa traduction2 paraît chez son éditeur et soutien Leonard Smithers3 en 1898. L’ouvrage est vendu par souscription (privately printed) afin de prévenir tout procès pour obscénité. Il s’agit pour Smithers d’offrir un texte subversif à des lecteurs anglophones. La démarche n’a pas été couronnée de succès, vraisemblablement parce que le prix du volume le réserve à un groupe restreint et donc susceptible de parler ou de lire le français. Pour sa part, la Nonesuch Press4 est l’une de ces maisons d’édition liées au renouveau de l’imprimerie et du livre (revival of printing) qui avaient fleuri dans les années 1890 puis dans les années 1920 pour produire de beaux ouvrages, à la typographie soignée et au design travaillé.

En 1922, la Nonesuch Press se donne comme objectif de produire de beaux livres, cette fois à un prix raisonnable en les faisant imprimer par des imprimeurs commerciaux (Kynoch Press), plutôt qu’au moyen d’une presse manuelle. Ses fondateurs sont Francis Meynell, Vera Mendel et David Garnett, par ailleurs propriétaire d’une librairie dans le quartier londonien de Soho. La maison d’édition publiera quelque 140 ouvrages, souvent des classiques et souvent illustrés, jusque dans les années 19605. Mais, de Smithers à la Nonesuch Press, ce sont de petites maisons d’édition touchant un public restreint qui publient Choderlos de Laclos à cette époque. Quant à Dowson, son activité de traducteur mériterait d’être étudiée plus précisément.

Sa poésie, comme nous l’avons dit, disparaît sinon de la mémoire des auteurs fin de siècle, du moins, des périodiques et ne fera l’objet d’aucune traduction complète. C’est plus récemment, en 2016, que Rodolphe Gauthier a traduit trois autres poèmes parus dans Verses : « Summa Brevis Spem nos vetat incohare longam », « A Coronal »6 et « Villanelle of Sunset »7. Ces poèmes ne sont pas imprimés mais font l’objet d’une publication électronique sur le blog que tient l’auteur dans Médiapart. La présentation extrêmement succincte se base sur les écrits d’Arthur Symons ayant légué à la postérité un portrait quelque peu éloigné de la réalité. Toutefois, R. Gauthier repère l’influence de Verlaine8 et se montre somme toute critique de l’appréciation symonsienne. S’il n’explique pas les raisons de son choix, il propose d’autres poèmes que Stuart Merrill.

 « Summa Brevis Spem nos vetat incohare longam » (« La brièveté de la vie nous interdit de concevoir un long espoir » tiré du livre IV des Odes d’Horace) se présente sous la forme de deux quatrains aux rimes alternées. Ce très court poème où le « je » évoque la brièveté de la vie et l’insignifiance de la destinée oppose les vers longs impairs aux très courts vers pairs et joue du rejet (v.1 ; v5), de l’antéposition (v. 2, v. 6), de l’enjambement (v. 3, v. 7), surprend le lecteur par sa combinaison de pentamètres iambiques et de dimètres et trimètres où la césure varie elle aussi (v. 7). Comme le remarquait naguère C. Scott, l’usage des monosyllabes et des dissyllabes – la plupart abstraits –, la répétition du terme « dream » (v. 6 et 8) contribue à dérouter la lecture en l’infléchissant vers l’expérience de la cadence plutôt qu’à celle du rythme. La vie apparaît ainsi diffractée, contradictoire, heurtée et finalement brève, évanescente jusqu’au « rêve » final (v. 8) où elle disparaît. En français, où la position des constituants de la phrase est moins contrainte qu’en anglais, Gauthier peut s’offrir de suivre Dowson, tout en gardant malgré tout l’effet d’étrangeté mais surtout de topicalisation du rejet/de la post-position (v. 1 et 5), de l’enjambement (v. 3 et 5) et de la répétition. C’est peut-être par le biais de la traduction que le Dowson francophone se révèle : souvent, sa phrase adopte la structure d’une phrase française avec sa grande latitude en matière d’ordre des constituants. Si l’effet est surprenant en anglais, il l’est moins en français.

« A Coronal/ With his songs and her days to his lady and to love »9 met en scène et en poème le tressage d’une couronne de violettes et de feuille de vigne à l’amour qui se révèle n’être qu’amour d’un jour, voué à la mort et au baiser de Proserpine. Éros laisse la place à Thanatos, accompagné, ô ironie, par les chants et la couronne que tressent les amoureux. Croient-ils célébrer l’amour et la jeunesse qu’ils célèbrent en fait le passage du jour et les funérailles de l’amour. L’ironie est aussi subtile qu’implicite. Le tressage érotique est aussi tressage poétique puisque le poème se compose de 3 strophes de 9 vers où le premier vers « Violets and leaves of wine » se répète au vers 8, 9, 17, 19, 26, et le vers 3 se répète au vers 9, 12, 18, 21 et 26 : « We gather and entwine. » De nouveau, Dowson joue sur les monosyllabes largement prédominants et sur un emploi constant de l’hexasyllabe. Sa couronne se tresse sur des allitérations et des assonances ainsi que sur un système très bref d’échos (vers hexasyllabique oblige) et sur une cadence évocatrice de la ritournelle. La traduction en français ne peut toutefois rendre justice à la parfaite maîtrise du lexique, du vers, de la prosodie et de la métrique dowsonnienne en raison de la longueur des mots ; elle garde cependant la structure strophique, mais perd la rime.

Comme toute villanelle, « Villanelle of Sunset » comporte 5 tercets et un quatrain birimés avec un système de répétitions où le premier et troisième vers du premier tercet sont repris alternativement comme refrain des tercets suivants (1b2 ab1 ab2 ab1 ab2 ab12). Le poème compte 19 vers, le refrain (« Behold the weary West ! ») étant retardé par la répétition du dernier appel à l’enfant : « Come hither, Child ! and rest : ». Cette forme poétique ancienne, remise à l’honneur à partir de 1850 par Fitzgerald, Gleeson White10, Edmund Gosse, William Henley et Austin Dobson rappelle que pour inventifs qu’ils soient en matière prosodique, les poètes décadents britanniques apprécient toute particulièrement les formes contraintes. Dowson en rédige cinq11).

Ici, le poète appelle un/une enfant au repos vespéral en contemplant l’Occident ou l’Ouest las : « Behold the weary West ! » Tous les hommes sont ainsi invités à suivre le rythme naturel dont les fleurs qui les voue à la lassitude et au sommeil tandis que le poète se fait porteur de bouquets fanés. La villanelle révèle sa force en assujettissant l’ensemble du vivant au sommeil (« slumber », « sleep ») et à deux rimes et deux digraphes (est/ay12 ) tandis que les vers 4 et 5 affirment l’égalité du travail et du jeu, de l’homme et de l’enfant : « Sleep rounds with equal zest/ Man’s toil and children’s play ». Le sommeil est le destin du jour, de la nature, de l’homme et de l’enfant, le poète se faisant lieu de recueil de l’endormi et des fleurs fanées. De nouveau la césure est mobile et Dowson joue des monosyllabes qu’il oppose à quelques dissyllabes, sans toutefois atteindre, contrainte formelle et trimètre trochaïque obligent, la complexité de « Non sum qualis ».  

Gardant la forme poétique, R. Gauthier traduit presque au ras des mots, parfois au prix du hiatus (« blanc oiseau ») et de la rime, il est vrai quasi impossible à conserver. Reste l’alternance du refrain qui invite le lecteur français à l’entêtante mélopée dowsonienne qui pourrait traduire une certaine ironie. Là où Merrill s’autorise une grande inventivité prosodique, Gauthier apparaît plus sage, entre autres, parce le vers libre et le vers libéré n’ont plus besoin de frapper l’imagination et l’oreille. Sa traduction témoigne d’un intérêt pour Dowson, sans doute amenée par son intérêt pour la Décadence française dont il édite certains textes en version électronique13. On le voit, Dowson est encore peu susceptible de faire l’objet d’une traduction intégrale publiée par un éditeur connu.

Enfin, il nous reste à mentionner la traduction de The Pierrot of the Minute de Philippe Baudry dans une édition bilingue en 2012. Rappelons qu’il s’agit d’une pièce versifiée en un acte, jouée en 1892 et publiée en 1897, toujours par Smithers, avec de magnifiques illustrations d’Aubrey Beardsley14, son autre protégé. Trente exemplaires furent tirés sur velum japonais et 300 exemplaires sur papier. Il s’agit clairement d’une édition réservée à quelques lecteurs de textes d’avant-garde.  La traduction de 2012, que nous n’avons pas lue, relève quant à elle de l’auto-publication, peut-être par défaut d’un éditeur intéressé par cette « fantaisie » mettant en scène la rencontre de Pierrot et d’une Dame à laquelle il se voue pour une heure de bonheur devant le temple de Cupidon au Trianon ?

Sur le site d’Amazon, P. Baudry se décrit comme ingénieur retraité ayant étudié à Notre Dame University (Indiana). A-t-il essuyé des échecs auprès d’éditeurs, ou ne les a-t-il pas sollicités, craignant un refus, tant Dowson est inconnu du public francophone ? Le poète a dès ses débuts attiré un traducteur : Stuart Merrill, certes avant tout poète. Il n’est pas impossible que le dépouillement des magazines fin de siècle ne révèle d’autres traductions, sans doute partielles, mais qui témoigneraient d’un intérêt persistant pour Dowson durant le début du xxe siècle. Après tout, « My Lady April » et « Villanelle of the Marguerite » ont en effet été traduits par Henry D. Davray dans La Revue Sentimentale 15 dès juillet 1896.

Ces traductions partielles soulignent là encore le rôle de la traduction dans la réception et la circulation de la Décadence britannique mais également les limites d’une compréhension étriquée de la traduction qui la réduirait à l’intégralité d’une œuvre. Le cas Dowson, certes pas le seul, démontre qu’il convient de ne pas négliger les traductions partielles parues en magazine, lesquelles participent également des processus de rééditorialisation. C’est aussi à ces derniers que l’on doit de connaître Dowson. Quel éditeur aurait pris le risque de publier en français un recueil certes audacieux, mais sans grand impact en 1896 ? Dans les deux premières décennies du xxe siècle, ses œuvres poétiques sont régulièrement publiées des deux côtés de l’Atlantique, mais il semble que les éditeurs français aient été plus frileux ou peut-être plus indifférents à une poésie possiblement perçue comme datée ou simplement introuvable en France car éditée à peu d’exemplaires en 1896, sans oublier des questions de droits d’auteur. La minceur des traductions et leur caractère hétérodoxe dans Vers et Prose a pu également jouer contre un projet plus vaste. Dowson pose donc exemplairement la question des conditions de la traduction de la poésie finiséculaire dans tous ses paramètres : genre, accueil critique, renommée de l’auteur, choix de l’éditeur, format, législation.

Au seuil du XXIe siècle, ses poèmes si manifestement inspirés par la poésie française, dont Verlaine, à la métrique si inventive, trouveront-ils d’autres traducteurs ? Et sous quelle forme : revue, auto-édition, recueil ?

Ernest Dowson, The Pierrot of the minute : a dramatic phantasy in one act (Londres, Smithers 1897). Frontispice d’Aubrey Beardsley.
https://archive.org/details/pierrotofminute00dows/page/n9/mode/2up

Cite this article as: Bénédicte Coste, « Une traduction récente de trois poèmes d’Ernest Dowson » in Melliflux décadent, 16/03/2020, https://mellifluxdk.hypotheses.org/438.

  1. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32042661t []
  2. Pierre Ambroise François Choderlos de Laclos, Les liaisons dangereuses. Translated by Ernest Dowson (London, privately printed, 1898). 2 vols. []
  3. Voir James G. Nelson, Publisher to the decadents: Loenard Smithers  in the careers of Beardsley, Wilde, Dowson / James G. Nelson ; with an appendix on Smithers and the erotic book trade by Peter Mendes and a checklist of  Smithers’ publications by James G. Nelson and Peter Mendes (University Park, Pennsylvania State University Press, 2000). []
  4. Voir A history of the Nonesuch Press by John Dreyfus; with an introduction by Geoffrey Keynes & a descriptive catalogue by David McKitterick, Simon Rendall & John Dreyfus (London, The Nonesuch Press, 1981). []
  5. Nonesuch Press a récemment été rachetée par Peter Meyer (ex-PDG de Penguin). []
  6. (1890) Dans le recueil original, la « Preface : For Adelaide » se niche entre « Vitae summa breves spem nos vestat inchoare longam » et « A Coronal ». []
  7. 8 janvier 2016. https://blogs.mediapart.fr/rodolphe-gauthier/blog/080116/sur-les-traces-dernest-dowson-1867-1900-notes-et-quelques-traductions []
  8. « des accents verlainiens où couvent l’intensité et la douceur. » https://blogs.mediapart.fr/rodolphe-gauthier/blog/080116/sur-les-traces-dernest-dowson-1867-1900-notes-et-quelques-traductions []
  9. Le manuscrit a été envoyé à Victor Plarr en 1891. Dans le recueil original, Verses, la « Preface : For Adelaide » se niche entre « Vitae summa breves spem nos vestat inchoare longam » et « A Coronal ». []
  10. Voir Gleeson White, Ballades and rondeaus, chants royal, sestinas, villanelles &c (London, W. Scott, 1887). La villanelle sera largement utilisée dans la poésie anglophone au xxe siècle par Auden, Empson, Pound, et Thomas. Voir Annie Finch and Marie-Elizabeth Mali, Villanelles (New York and London, Random House/Everymans Library, 2012). []
  11. « Villanelle Of His Lady’s Treasures » ; « Villanelle of the Poet’s Road », « Villanelle of Acheron »; « Villanelle of Marguerites ». Voir, Karen Alkalay-Gut, « Overcoming Time and Despair: Ernest Dowson’s Villanelle », Victorian Poetry 34, 1, Spring 1996, p. 101-108. []
  12. Avec la licence poétique d’« alway » au vers 17. []
  13. Voir http://editions.solstices-project.com/fr/ []
  14. https://archive.org/details/pierrotofminute00dows/page/n10/mode/2up []
  15. La Revue sentimentale paraît d’avril 1896 à décembre 1897. Le mensuel parisien de 48 pages est dirigé par Gabriel Soulages. []

Traduire la poésie décadente – Stuart Merrill traducteur d’Ernest Dowson [Par Bénédicte Coste]

Charles Edward Conder « Ernest Dowson », pencil, c. 1890s, National Portrait Gallery, Londres, NPG 2209 .

In Cynara’s Shadow1 , le dernier recueil consacré au poète anglais Ernest Dowson (1867-1900) fait la part belle à sa poésie : Alex Wong propose « Three Comparative Readings » de « Non sum qualis », peut-être le poème le plus connu de Dowson, Jessica Gosling évoque son « Poésie Schublade », Alice Condé s’intéresse au « Dowson Decadent Diminuendo » qui annonce la transition vers le Modernisme, tandis que Jane Desmarais traite de la musicalité et de la musique de sa poésie2 . Mais aucun article n’évoque les traductions de Dowson, tant celles qu’il a faites, que les quelques traductions en français de sa poésie, sa prose n’ayant, semble-t-il, pas retenu l’attention des traducteurs.

Le recueil témoigne du renouveau anglophone des études d’un poète catégorisé comme décadent et bohème dans l’hommage que publie un autre poète, Arthur Symons, à sa mort en février 1900. À travers cette nécrologie3, Symons lègue à la postérité la « légende », d’un poète maudit4, mort trop jeune et mort d’amour. Son hommage ouvre les éditions posthumes des œuvres de Dowson5 qui abondent dans les premières décennies du xxe siècle, et lui vaudront le mépris des Modernistes. C’est un peu court pour un poète qui fut d’abord l’un des Rhymers du club éponyme6 renouvelant la poésie anglaise à la fin du siècle. La postérité retiendra davantage l’image si puissante du décadent que la réalité du poète extrêmement ferré en métrique latine et anglaise et française dont témoignent ses recueils : Verses (1896) et Decorations in Verse and Prose 7 (1899). Comme le souligne R.K.R. Thornton8, Dowson reçoit les influences des jeux avec la métrique d’A.C. Swinburne, de la recherche du mot juste de Tennyson, et des latinismes de Walter Pater pour ne rien dire de la mélancolie patérienne. Lecteur de Baudelaire qui lui insuffle son spleen, il prend à Verlaine l’art d’un lyrisme délicat. Classiciste à Oxford de 1886 à mai 1888, il gardera toujours la leçon de Virgile, Properce, Horace et Catulle dans la disposition des mots.

Dowson s’essaie à l’écriture dramatique avec sa pièce en un acte, The Pierrot of the minute : a dramatic phantasy in one act 9 ,jouée en 1892 et publiée par Leonard Smithers en 1897. Il se fait romancier avec son camarade et confrère Arthur Moore, publiant A comedy of Masks (1893) et Adrian Rome (1899), singuliers exemples de romans écrits à quatre mains, chacun des deux auteurs rédigeant alternativement un chapitre. Il se fait nouvelliste : Dilemmas : Stories and Studies in Sentiment 10 fait partie de ces nouvelles fin de siècle qui porteront le genre à une excellence inégalée11 au xxe siècle. C’est enfin un traducteur du français, dont certains poèmes de Verlaine dans Decorations, de La Terre de Zola, La Fille aux yeux d’or de Balzac, certains textes des Goncourt et d’autres prosateurs pour son éditeur et frère d’armes en matière d’avant-garde, Leonard Smithers12. Avec le dandy Teixeira de Mattos, Dowson traduira Majesty de l’auteur néerlandais Couperus.

Reconnu comme un poète important, présent dans de nombreuses anthologies sur la Décadence anglaise13, Dowson n’a pas considéré son activité poétique sérieusement14, offrant ses poèmes à ses amis mais gardant toutefois son Carnet (le Flower Notebook15) où il a recopié ses poèmes de 1886 à 1891. Lorsqu’il l’a commentée dans sa correspondance, il qualifie sa poésie de « symboliste » et « verlainesque » privilégiant la musicalité et la sonorité sur le contenu et le sens, évoquant une émotion vague16.

Pour R.K.R. Thornton, la poésie de Dowson se signale certes par :

“The musicality of his verse, the flavor of sensationalist sex (largely the contribution of his most famous poem), the successful translation and assimilation of contemporary French poetry, the development of the 1880s’ interest in complex form into a more subtle lyricism, the self-conscious artificiality of language and inspiration, the wistful depiction of a sterile love and a fruitless existence »17

Il n’est pas étonnant qu’il soit devenu une certaine incarnation du décadentisme anglais.

Francophile, francophone, Dowson a vécu en France à de nombreuses reprises, depuis son enfance dans le Sud à son long séjour de 1896 en Bretagne et ses séjours parisiens. Ses amitiés françaises (Yvanhoé Rambosson) ou plus précisément francophones mériteraient assurément une étude car Dowson a fréquenté les auteurs décadents et symbolistes français dont son premier traducteur, Stuart Merrill, ce qui nous rappelle que la décadence a aussi été un formidable moment d’échanges cosmopolites. À vrai dire, Merrill est américain mais son œuvre est principalement d’expression française18. Un peu oublié de nos jours, c’est un poète symboliste important19 qui commence par côtoyer André Fontainas, René Ghil et André Ferdinand Herold, au lycée Fontanes (Condorcet) avant de repartir aux USA en 1884, où il se fait médiateur transatlantique de l’œuvre de Wagner et découvre la poésie de Walt Whitman. Revenu en France en 1892, il s’installe quai de Bourbon, puis dans la communauté artistique de Marlotte fondée par l’artiste Armand Point à partir de 1897 avec le projet de devenir imprimeur. Fidèle des mardis de Mallarmé, Merrill est aussi anarchiste20, comme Fénéon, de Gourmont, Tailhade, Vielé-Griffin, et admirateur de William Morris. Ses recueils, Les Gammes (1887), Les Fastes (1891), Les Petits Poèmes d’automne (1895) le montrent partisan du vers impair, du vers libéré, puis libre, avant qu’il ne revienne au vers régulier. Il assure adopter les théories poétiques de Ghil qu’il souhaite interpréter « d’une manière large et personnelle »21 avant d’essayer de les résumer dans La Plume. Selon Cécile Leblanc, sa poésie se caractérise par une tentative exigeante d’allier musique et poésie, d’illustration de la correspondance entre sons et sensations à travers l’utilisation de mots-clés ou de sonorités réapparaissant dans des poèmes pour faire cycle et assurer une continuité phonique et sémantique, des harmoniques assonantiques, des allitérations, des homéotéleutes, des paronomases, créant ce qu’elle appelle une intrasonance privilégiant les sonorités. Chez Merrill, le mot devient son. Il partage avec Dowson, comme on va le voir une poétique savante, marquée par une recherche métrique et prosodique, une interrogation des limites de la poésie traditionnelle. Tous deux sont sinon bilingues, du moins biculturels, anglophones et francophones, éduqués, voyageurs. Si leurs voies poétiques et politiques divergent, tous les deux participent à l’effervescence créative de la fin de siècle et contribuent au creuset où se forme la poésie du xxe siècle.

Merrill est également l’un des co-directeurs de L’Ermitage et un contributeur régulier des magazines et revues littéraires fin de siècle dont le célèbre Vers et Prose de Paul Fort (1905-1914). C’est dans cette revue qu’il publie 3 traductions de Dowson en 1905 : « Impenitenta Ultima », « Non Sum Qualis Eram Bonae Sub Regno Cynarae » et « Breton Afternoon »22. Les deux premiers sont parus dans Verses en 1896, « Breton Afternoon » dans Decorations en 1899. Le choix des textes est tout aussi réfléchi que le choix de la revue qui publie des textes de la jeune génération, avec un fort accent cosmopolite. Le moment est également bien choisi puisque ces traductions paraissent simultanément à l’édition des poèmes de Dowson à la Bodley Head. « Impenitentia Ultima » signale tant l’usage du latin pour les titres de Dowson que sa conversion au catholicisme en 1891, avec et à la suite du poète et critique Lionel Johnson, « Non Sum Qualis Eram Bonae Sub Regno Cynarae », sans doute son poème le plus connu, rappelle sa propension à utiliser les auteurs latins, qu’il a suffisamment lus pour en détourner les fragments23. Quant à « Breton Afternoon », il rappelle l’amour du Britannique pour la Bretagne où il résidera de février à novembre 1896. Comment le poète Merrill traduit-il les poèmes de cet autre bilingue de poète qu’est Dowson ? Tout d’abord, Merrill traduit en respectant le sens immédiat et sans se livrer à des coupures ou des réécritures. Même s’il ne garde les rimes, il garde le schéma strophique, sans transformer les vers en prose et va se livrer à un savant jeu d’échos phoniques, d’assonances et d’allitérations à l’intérieur des strophes. Il respecte les très longs vers de Dowson et leur donne un nombre de syllabes impaires.

D’« Impenitentia Ultima », Dowson écrivait au poète John Gray qu’il s’agissait plutôt de « pommade »24. Placé devant la possibilité de son trépas, le pêcheur revendiquant d’avoir préféré « les roses tristes du monde » à « toutes [l]es fleurs » du Seigneur, utilise le langage biblique et le discours chrétien pour présenter non le repentir ou implorer le pardon, mais pour demander la vision ultime d’une femme qui n’apparaît que sous un morcellement de traits : visage, regard, pieds, mains, chevelure, voix, visage. Le morcellement si typique du féminin des poètes décadents s’accompagne de l’usage de nombreux monosyllabes, lesquels placent le lecteur ou plutôt l’énonciateur devant un discours heurté, où la multiplicité des accents déroute la lecture25, et ce d’autant plus que ce poème de 5 quatrains rimant ABAB se compose de vers de 16 syllabes alternant avec des vers de 15 syllabes, ce qui produit une segmentation propositionnelle et redouble l’irrégularité prosodique. Dowson joue sur les allitérations (/g/ /z/ /v/) et les assonances (/i ://æ//a/) toujours répétées au sein du vers, voire de l’hémistiche donnant à son poème le rythme d’une litanie.

La traduction allonge et libère les vers jusqu’aux 32 syllabes, et réussit à garder les jeux d’assonances (/wa/ /é/ /a/) et d’allitérations (/s//p/) et d’échos en répétant par exemple l’adjectif « pitoyable » ou l’impératif « Accorde-moi ». Le vers libre fait résonner le sens de l’exorbitante demande impie de voir « en enfer » « la dernière et triste vision de sa face et la petite grâce de cette heure. »

Le célèbre « Non Sum Qualis Eram Bonae Sub Regno Cynarae »26 apparemment hérité d’une ode d’Horace (Odes IV, 1), repose sur l’adresse mélodramatique, l’archaïsme du langage (« thy », « yesternight », « betwixt », « Yea »), la répétition, les monosyllabes, l’allitération, l’enjambement pour évoquer l’obsession du poète pour Cynara et sa fidélité à ce qu’elle représente alors qu’il passe une nuit avec une prostituée. Par-delà le paradoxe et le pied de nez aux valeurs victoriennes, Dowson met en jeu une série de contrastes entre passé et présent, pâleur, grisaille et rougeur des lèvres, regret, excès, fidélité à celle dont on ne sait si le poète l’a perdue, si elle n’a quitté, si elle est morte ou vivante. Cynara apparaît dès le second vers comme une « ombre », que les « lys pâles et perdus » ne ramènent nullement au souvenir ou à la vie, puisqu’elle redevient l’ombre qui prend finalement possession de la nuit où se débat le poète. « I have been faithful to thee, Cynara! in my fashion » revient ainsi scander le poème (on notera qu’il opère un déplacement de la césure en rupture et créant une rupture amplifiée par le point d’exclamation) tandis que Dowson joue sur l’imperceptible changement de la conjonction (« And », « But » et du temps verbal : « And I was desolate and sick of an old passion »/ « And I am desolate and sick of an old passion ».

Hérité de la pratique de l’alexandrin libéré27) (au rythme iambique), le poème se compose de 4 sizains rimant ABACBC dans lesquels Dowson utilise l’hexamètre iambique (6 pieds d’une syllabe inaccentuée et d’une syllabe accentuée) à l’exception des vers rimant B de chaque sizain qui sont des pentamètres iambiques (la forme traditionnelle de la poésie en anglais). Le prénom de l’interpellée est suivi d’un point d’exclamation agissant comme une césure : « Cynara ! » aux deux-tiers du vers. Pratiquant « l’alexandrin anglais décadent » (Duffeil), Dowson joue sur la place de la césure, créant des effets de surprise.

Merrill garde le titre latin à la référence horacienne dont il sait sans doute que Dowson l’utilise ironiquement28, voire la détourne, car chez Horace, le « je » se lamente du temps qui passe mais a cessé d’aimer Cynara. Merrill traduit assez fidèlement, joue sur l’alternance entre passé simple, imparfait et présent (« je me sentis », « je me sentais », « je me sens »), à l’exception de la « bought red mouth » (la bouche rouge achetée de la prostituée) qui devient l’assonnante « bouche rouge ». Il joue de la répétition (« Toute la nuit ») comme le fait Dowson, de l’allitération (« lys pâles et perdus » ; « tombe ton ombre »).  Il rend hommage au mètre très élaboré de Dowson par des vers impairs, allant très au-delà des limites de la métrique française sans pour autant transformer l’amer constat d’une fidélité mortifère en poème en prose.

 « Breton Afternoon »29, rédigé lors du séjour de Dowson de février à octobre 1896 à Pont-Aven, est un poème de quatre quatrains évoquant la méditation du poète sur « a grassy ledge ». De nouveau, les vers de 15 syllabes comportent de nombreux monosyllabes créant un effet de surprise et compliquant la lecture poétique (scanning). Dowson délaisse les effets de la métrique au profit d’une approche syntaxique. La méditation abstrait le je du monde, prend très rapidement l’aspect d’un regret d’une jeune femme perdue : « a white girl’s paleness passing ivory », et le désir d’un apaisement temporaire (« for an afternoon »), sous le regard empli de pitié de la Vierge Marie.

Merrill traduit très correctement, se tenant aux termes de Dowson et en respectant les enjambements (par exemple aux vers 2/3 « … et je n’ai entendu / Que la vague brise… »). Comme Dowson, il répète l’adjectif « rouge » pour insister sur la « rouge, rouge terre » non sans antéposer « sous lui » que Dowson avait postposé « red, red earth beneath ») afin de l’opposer immédiatement à « au-dessus », témoignant qu’il a saisi le principal contraste entre ciel et terre, vie et mort qui traverse et dés/articule le poème de Dowson. Le vers s’amplifie au point d’atteindre les 25 syllabes, et tous sont impairs, autre façon de traduire l’irrégularité prosodique dowsonienne.

Pratiquant le vers libéré et libre, insistant sur la sonorité du mot avant sa place dans le schéma prosodique, Merrill peut ainsi se jouer de la métrique française pour rendre hommage à la métrique elle-même en dette de la métrique française de Dowson. Il n’y a pas tant traduction, au sens courant du terme, qu’échange, circulation de métriques ou de « formes poétiques »30 dans le temps et dans l’espace. Bien sûr, Merrill porte à la connaissance des lecteurs non-anglophones de Vers et Prose (combien étaient-ils ?) cette poésie délicate, jouant moins sur l’anticonformisme moral ou le paradoxe que sur la gradation des états, des sentiments, servie par une diction poétique qui lui donne le ton de la confidence plutôt que celui de l’exhortation. Il fait œuvre de passeur d’un poète qui a beaucoup emprunté à la poésie française, la réinjectant après qu’elle a été travaillée, hybridée par Dowson.

Bénédicte Coste (Université de Bourgogne)

Cite this article as: Bénédicte Coste, « Traduire la poésie décadente – Stuart Merrill traducteur d’Ernest Dowson » in Melliflux décadent, 09/03/2020, https://mellifluxdk.hypotheses.org/?p=394.

  1. In Cynara’s Shadow. Collected Essays on Ernest Dowson, éds. Alice Condé and Jessica Gossling (Oxford, Peter Lang, 2019). []
  2. Voir aussi Jean-Jacques Chardin, Ernest Dowson (1867-1900) et la crise fin de siècle anglaise (Paris, Messène, 1995). C’est la seule monographie française consacrée à Dowson. []
  3. http://www.victorianweb.org/authors/symons/dowson.html []
  4. « an archetypal ‘poète maudit’ » R.K.R. Thornton, « Introduction », Ernest Dowson: Collected Poem, (Birmingham, Birmingham UP, 2003). Cette légende se verra corrigée par les témoignages de Robert Sherard (1902), d’Edgar Jepson, « The Real Ernest Dowson », The Academy (1907) et ses Memories of a Victorian (1933) ; de Victor Plarr Ernest Dowson, 1888-1897: Reminiscences, Unpublished Letters and Marginalia (1914) et de W.R. Thomas, “Ernest Dowson at Oxford”, Nineteenth Century, April 1928. Desmond Flower publie une edition des Poetical Works en 1934, 1950, 1967 et The Letters of Ernest Dowson (1967) avec Henry Maas avant les New Letters of Ernest Dowson (1984).  Les autres biographes de Dowson sont Thomas B. Swan (Boston, Twayne, 1964), Laurence Dakin The Swan of Lee (Londres, Papyrus Books,1972) et Jad Adams, Madder Music, Stronger Wine: The Life of Ernest Dowson, Poet and Decadent (London, I. B. Tauris, 2000). Voir aussi Mark Longaker, Ernest Dowson: A Biography (Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1945); Jad Adams, Madder Music, Stronger Wine: The Life of Ernest Dowson, Poet and Decadent (London: I.B. Tauris & Co., 2000). []
  5. « That curious love of the sordid, so common an affectation of the modern decadent and with him so genuine grew upon him and dragged him into more and more sorry corners of a life which was never exactly “gay” for him. » Arthur Symons, « Introduction » The Poems of Ernest Dowson, London, The Bodley Head, 1905, p. xv-xvi. []
  6. Voir The Book of the Rhymers’ Club (London, Elkin Matthews, 1892). []
  7. Ernest Dowson, Decorations in Verse and Prose (London, Smithers, 1899). Le recueil comprend des poèmes inédits, postérieurs à sa conversion au catholicisme en 1891 et des poèmes en prose. []
  8. R.K. R. Thornton, éd., « Introduction », Ernest Dowson Collected Poems, op. cit. []
  9. Ernest Dowson, The Pierrot of the minute : a dramatic phantasy in one act (London, Smithers, 1897).  https://archive.org/details/pierrotofminuted00dows_0/page/n12/mode/2up []
  10. Ernest Dowson, Dilemmas, stories and studies in sentiment (1899, London, Elkin Matthews, 1915). https://archive.org/details/dilemmasstoriesa00dowsuoft/page/n8/mode/2up []
  11. Voir Kostas Boyiopoulos, Yoonjoung Choi and Matthew Brinton Tildesley, éds. The decadent short story: an annotated anthology (Edinburgh, Edinburgh University Press, 2015). []
  12. Smithers lui versera 30 shillings par semaine. []
  13. Citons parmi les plus récentes : Decadence: A Literary Anthology ed. Jon Crabb (London, The British Library, 2017); Decadence : An Annotated Anthology, éds Jane Desmarais and Chris Baldick (Manchester, Manchester UP 2012) ; The Dedalus Book of English Dcadence : Vile Emperors and Elegant Degenerates, ed James Willshire  (Sawtry, Dedalus, 2004). []
  14. Arthur Symons, ‘Dowson was the only poet I ever knew who cared more for his prose than his verse’ The Poems of Ernest Dowson, “Introduction”, The Poems of Ernest Dowson, op. cit., p. xxii. []
  15. « Fragments by Ernest Dowson/Copied out. Paris — to be worked up ». Dowson transcrit 21 poèmes de 1886 à 1891. []
  16. « verses, in the manner of the French ‘symbolists’: verses making for mere sound, and music, with just a suggestion of sense, or hardly that: a vague Verlainesque emotion. » Lettre à Moore, 20 mars 1891, Letters, op. cit., p. 190. []
  17. R.K.R. Thornton, The Decadent Dilemma (London: Hodder Arnold, 1983), p. 106. []
  18. Pastels in Prose (1890) son seul ouvrage publié aux USA est une collection de traductions de poèmes en prose français. []
  19. La Forêt bleue (1883), Modernités (1885), Les Griseries (1887), Les Gammes (1887), Pastels in Prose (1890), Les Fastes, thyrses, sceptres, torches (1891), Petits poèmes d’automne (1895), Le Jeu des épées, Les Quatre Saisons (1900), Une voix dans la foule, poèmes (1909), Walt Whitman (1922), Prose et vers. Œuvres posthumes, préface d’André Fontainas (1925).  L’étude la plus complète est celle de Marjorie Louise Henry, La Contribution d’un Américain au symbolisme français, Stuart Merrill, Paris, Champion, 1927. []
  20. Merrill déclarera : « oui, le symbolisme est l’anarchiste de la littérature », « Chroniques. Poésies », L’Ermitage août n° 8, 1893, p. 107. []
  21. Stuart Merrill (1889) cité dans Cécile Leblanc « Stuart Merrill: itinéraire d’un cosmopolite », http://revue-silene.com/images/30/extrait_149.pdf, p. 15. []
  22. Stuart Merrill, « Poèmes d’Ernest Dowson », Vers et Prose, tome 11, juin, juillet août 1905, p. 161-65. []
  23. Voir Rowena Fowler, « Ernest Dowson and the Classics », The Yearbook of English Studies, vol. 3 1973, p. 243-52. []
  24. « a poem […] that is rather pommade », Lettre à John Gray, décembre 1895, Letters , op. cit., p. 324. []
  25. Voir Clive Scott, « The Liberated Verse of the English Translators of French Symbolism », in Anna Balakian, éd., The Symbolist Movement in the Literature of European Languages (Amsterdam & Philadelphia, John Bejamins, 1984). []
  26. Première publication : Century Guild Hobby Horse, avril 1891, p. 67. Publié dans le second recueil des Rhymers en 1894. []
  27. Selon Martin J. Duffeil, Dowson emploie une « version de cet alexandrin ‘libéré’ ou ‘libre’ Des 4 pentamètres iambiques, 2 ont leur accent en position 4 et 2 en position 6 tandis que les hexamètres sont encore plus variés. » A New History of English Metre (Routledge, 2011 []
  28. Alex Wong, « ‘Non Sum Qualis’: Three Comparative Readings », In Cynara’s Shadow, op. cit., p. 57-84. []
  29. Le poème paraît dans The Savoy, n°3, juillet 1896, p. 40. []
  30. Meredith Martin, « Did a Decadent Metre Exist at the Fin de Siècle? », Decadent Poetics. Literature and Form at the British Fin de Siècle, éds. AlexMurray and Jason Hall (Houndsmills, Palgrave 2013), p. 46-64. []