Archives par mot-clé : événement scientifique

Decadence and translation : le compte rendu !

Le vendredi 13 décembre 2019, à l’Université de Glasgow, une journée d’étude sur la Décadence et la traduction a réuni de nombreux spécialistes et traducteurs ès décadence. Cette journée s’inscrit dans un plus vaste programme de recherches conduites par le réseau « Decadence in translation, Decadence as translation » initié par Stefano Evangelista (Trinity College, Oxford) et Matthew Creasy (Université de Glasgow). Les principaux membres de ce réseau étaient bien sûr présents : Jane Desmarais (Goldsmiths), Guy Ducrey (Strasbourg), Graham Henderson (Fondation Verlaine et Rimbaud, Londres) et Richard Hibbitt (Leeds). Trois autres événements ont déjà eu lieu sur la question (Oxford en 2018, Londres et Strasbourg en 2019), cette journée venant clôturer ce projet d’envergure.

Université de Glasgow, 14 décembre 2019.

Matthew Creasy, lors de l’ouverture de cette journée, est revenu sur la traduction en tant que questionnement : l’objet de celle-ci est d’observer comment les pays conversent entre eux – sujet d’actualité, s’il en est… Or, le principe même de la Décadence est de tendre vers une distorsion de la langue, rendant celle-ci à la fois sophistiquée, ésotérique et transgressive. Une langue retorse donc, qui fait obstacle, à la lecture, comme à la traduction. Une attention particulière a donc été portée sur les défis théoriques et techniques associés à la traduction des textes décadents, ainsi qu’aux difficultés tant culturelles que sociales à diffuser ces traductions, en ce 13 décembre d’une décennie déjà passée.

Lara Raffaelli, spécialiste de littérature italienne et traductrice de D’Annunzio, a ainsi mis en lumière les transformations incessantes des normes de traduction, oscillant entre la traîtrise faite au texte original et le plaisir à traduire et à instruire. D’où le fait que l’on désigne par « belles infidèles » cette pratique de la traduction inexacte, privilégiant soit un idéal esthétique conforme à la langue vers laquelle le texte est traduit, soit certaines valeurs, évacuant ainsi certains mots jugés trop scandaleux par exemple. Traduire soulève alors la question de savoir comment transmettre la beauté d’un texte et ce que l’on veut, plus globalement, transmettre. Dans sa communication sur les traductions anglaises de D’Annunzio, « Lost and found in translation », Lara Raffaelli s’est concentrée sur Il Piacere (1889) de D’Annunzio, son premier roman, lequel a subi ce qu’elle nomme une « adultération » de traduction. Elle est ainsi revenue sur le degré de censure des traductions, alors très élevé en Grande-Bretagne. D’ailleurs, le texte original n’a pas été restitué de façon exhaustive par Harding, son premier traducteur. Enfin, elle a mis en exergue les difficultés que peut rencontrer un traducteur de D’Annunzio, à savoir retranscrire le côté lumineux de son écriture, ainsi que les procédés comme l’imitatio, les mentions intertextuelles ou encore la synesthésie.

Puis la parole a été donnée à Bénédicte Coste et moi-même. Il s’agissait pour nous de présenter les recherches que je mène actuellement sous sa direction, afin d’alimenter la base de données « Décabase », dédiée aux traductions et mentions de traductions des auteurs décadents anglais dans les périodiques français fin de siècle – courez lire la présentation de ce carnet ! Nous avons également présenté quelques traductions, lesquelles revêtent un grand intérêt : l’expertise de Bénédicte Coste a en effet pu mettre en évidence soit leur rareté, tels des poèmes d’Ernest Dowson, lisibles dans Le Prisme et dans Vers et prose – sur lesquels un prochain billet s’attardera –, soit des traductions auxquelles on ne s’attendait pas, telle la pièce Ariane à Mantoue de Vernon Lee, publiée dans Vers et prose.

La Décadence, le plus souvent abordée à travers ses floraisons françaises et anglaises, est avant tout un mouvement qui se revendique comme international. Aussi, les trois interventions qui suivirent portèrent sur les traductions décadentes hors Europe. D’abord, Katharina Herold (Oxford), spécialiste de littérature comparée et de la question de l’orientalisme fin de siècle, a proposé une étude sur les traductions de Wilde dans les pays arabes. Il faut savoir que Wilde est l’un des auteurs anglais les plus traduits dans ces pays ! Pour les Égyptiens, la Décadence est un concept européen ; l’enjeu de la traduction est donc à la fois culturel et littéral, mais aussi politique puisque le post-colonialisme apparaît comme un challenge pour faire passer de telles œuvres auprès du lectorat. Consacrant son analyse au recueil The happy Prince and other tales (1888), traduit par El Amir El Said, Katharina Herold a questionné notamment la réception de l’exotisme wildien, un exotisme par conséquent retravaillé et esthétisé, par un lecteur arabe. Question qui se décline à d’autres œuvres de Wilde, telle sa pièce Salomé. Pour parvenir à la traduction de l’anglais vers l’arabe, une table de translitération, c’est-à-dire, dans ce cas précis, la traduction d’un son en anglais par un son en arabe, a été utilisée, même si celle-ci reste très perfectible. Le sens devient en effet approximatif, ou bien, si cela ne donne rien, le mot n’est pas traduit.

Katharina Herold et Adam Wilson.

Puis, deux jeunes chercheurs ont abordé la Décadence russe. Adam Wilson (Glasgow) a présenté le réseau des auteurs décadents russes, comme Valéri Brioussov, Viatcheslav Ivanovitch Ivanov, Dimitri Merejkovski, Jorgi Tchoukov, Vladimir Soloviev, et la poétique mise en place par ceux-ci. En effet, à leurs yeux, être décadent est une activité révolutionnaire, qui adviendrait au travers de trois axes primordiaux : la révolte politique, une sexualité extatique et un changement profond de la littérature. Le langage doit ainsi être renouvelé, purifié, fragmenté, aboutissant au vœu qu’en avait formulé Paul Bourget : l’« indépendance du mot » ; la langue décadente russe serait donc une langue « transrationnelle », qui n’a pas de sens défini. Ensuite, Ekaterina Shatalova (Oxford) s’est, quant à elle, intéressée aux traductions russes de la pièce de Wilde, Salomé, très nombreuses entre 1892 et 1910; puis inexistantes avant un regain durant la fin de siècle suivante. Une fois la pièce jouée, les traductions de celle-ci ont été diffusées à travers la presse.

La Décadence française a constitué l’objet des communications de l’après-midi.

Colton Valentine (Yale), menant des recherches sur le cosmopolitisme et plus tournées vers la sociologie, a analysé la trajectoire des traductions de deux romans de Huysmans, En Route (1895) et La Cathédrale (1898), les deux premiers volets de sa trilogie catholique, complétée plus tard par L’Oblat. Colton Valentine a ainsi retracé très précisément l’itinéraire de ces traductions, des contrats passés avec leurs éditeurs respectifs aux succès rencontrés en librairie, auxquels la critique journalistique – notamment Gladstone – a grandement participé.

Eleanor Keane (Goldsmiths) a exploré les traductions des contes de fées chez Renée Vivien. Elle a démontré combien la traduction comme transformation se retrouve dans la trajectoire personnelle de Vivien elle-même, laquelle passe de citoyenne britannique à auteure française d’avant-garde. Vivien a publié de nombreux contes, notamment Brumes de Fjords (1902), Une femme m’apparut (1904) ou La Dame à la louve (1905), mais a également traduit des contes déjà existants, comme celui de Blanche-Neige. Selon Eleanor Keane, la démarche esthétique de Vivien ne repose pas tant sur la traduction, que sur la transmutation. Sous sa plume, le conte de fées mue en texte décadent. Disséquant davantage le cas de Blanche-Neige, Eleanor Keane a souligné les liens tissés avec les Vénus anatomiques en cire du XVIIIe siècle, du fait notamment du cercueil en verre. Manière d’inscrire ce conte dans le champ décadent de l’époque, par un jeu intertextuel avec « La Princesse sous verre » de Jean Lorrain (Princesses d’Ivoire et d’Ivresse, 1902), par exemple.

Enfin, l’aspect diachronique des traductions décadentes a été développé par Anne Rainey, qui s’est intéressée à des traductions tardives de Rimbaud, par un poète irlandais, Ciaran Carson (1948-2019). Son étude visait à observer la redéfinition de travail de traducteur par Carson, lequel se revendiquait comme un « bricoleur », c’est-à-dire que traduire relève de la restauration, de la rénovation, de découpages, d’extrapolations, d’interprétations, de reprises, etc. Mais Carson insiste sur la dimension ludique d’une telle pratique. Anne Rainey a enfin souligné la diachronicité des traductions qui nous sont contemporaines, dans la mesure où celles-ci entraînent avec elles toute la littérature publiée depuis, comme palimpseste. C’est ainsi que Jack Kerouac s’invite dans ces traductions, puisque Carson traduit « Ma Bohème » par « On the Road », « paletot » par « has-been-through-the-wars-Ex-Army greatcoat ».

S’en sont suivis des ateliers pratiques de traductions décadentes. Il s’agissait de choisir entre traduire Huysmans (avec Brendan King), Rachilde (avec Jennifer Higgins) ou D’Annunzio (avec Elisa Segnini), les textes originaux proposés mettant à rude épreuve même le plus francophone des lecteurs !

Changement de décor pour mieux achever cette journée. C’est dans la Bibliothèque de l’Université de Glasgow que nous avons assisté au lancement de l’exposition numérique des Récréations postales de Mallarmé, travaux menés par Matthew Creasy, à voir ici : https://www.gla.ac.uk/myglasgow/library/files/special/mallarme/story_html5.html

Ces fameux textes font en effet l’objet d’une numérisation exhaustive de leurs enveloppes manuscrites, laquelle permet de clarifier les termes employés par Mallarmé, d’avoir des renseignements sur les liens existant entre ce dernier et telle personnalité à qui il adresse une enveloppe versifiée, et même d’en écouter une lecture. Mais tout l’enjeu d’un tel travail est leur traduction en anglais, collective et ouverte à tous qui plus est. Celle envoyée à Huysmans, par exemple : https://dandtnetwork.glasgow.ac.uk/recreations-postales/ms-whistler-m206-001/

À vous de jouer !

Enfin, une lecture-performance de Mallarmé and the Postman par Philip Terry (Essex) et l’un de ses étudiants (Callum) a été donnée.

Nous remercions encore Matthew Creasy et Stefano Evangelista de nous avoir conviées à si vertigineuse descente au sein des traductions décadentes.

Quelques liens pour suivre ou relire/revoir les activités du réseau Decadence and Translation :

  • le blog : https://dandtnetwork.glasgow.ac.uk/
  • le compte Twitter : @DandT_Network
Cite this article as: Caroline Crépiat, "Decadence and translation : le compte rendu !" in Melliflux décadent, 13/01/2020, https://mellifluxdk.hypotheses.org/314.