Archives par mot-clé : humour

Drôles de traductions – Une parodie de la circulation médiatique des traductions : La Vie Drôle (1893-1894)

La Vie Drôle, gazette chatnoiresque, est un périodique à la fois issu du Chat Noir et son dissident, suite à la vente du journal Le Chat Noir à un « monsieur quelconque »1 et au déménagement de celui-ci à un bon kilomètre au sud du cabaret2 . N’ayant pu racheter le journal malgré de multiples tentatives – d’intimidation, même ! –, Alphonse Allais et George Auriol lancent le leur fin 1893.

Frontispice de La Vie Drôle. La gazette se trouve à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris.

La Vie drôle se trouve ainsi alimentée par la fine équipe du Chat Noir d’avant 1893, parmi lesquels Willy, Franc-Nohain, Haraucourt, Dépaquit, Gabriel de Lautrec ou Georges Delaw, et s’organise au sein du cabaret. S’il ne s’agit pas simplement de perpétuer le réel esprit chatnoiresque, puisque la ligne éditoriale se pare d’atours qui se veulent « nouveaux », au niveau de la mise en page et de l’espace offert aux arts graphiques notamment, pour ce qui concerne l’objet de ce carnet de recherches, la traduction, la gazette reprend la ligne éditoriale subversive du Chat Noir, tout en en jouant à l’échelle du journal, prolongeant ainsi les parodies de son prédécesseur.

La subversion de la traduction prend en effet une nouvelle dimension dans La Vie Drôle, gazette chatnoiresque. Ce périodique dont l’existence est brève – seulement onze numéros hebdomadaires – est aussi un terrain de jeu revendiqué par ses auteurs comme étant plus expérimental que ne l’a été Le Chat Noir, dans le but affiché de se démarquer de celui-ci. Une mystification est ainsi reconduite de numéro en numéro. La gazette ne cesse de promettre au lecteur un fabuleux feuilleton à venir dans ses colonnes, Le Roi des Madrépores, et ce sans jamais en citer l’auteur, bien qu’on ne le devine – Alphonse Allais –, le titre étant le nom du bateau du Captain Cap 3 . Amené à grands renforts de réclames, jusqu’à parasiter ingénieusement la trame du journal, à interrompre une histoire ou à servir d’entracte entre deux textes, un texte finit par paraître, qui n’est pas celui que l’on attend : Le Roi des Madrépores ne sera jamais publié dans La Vie Drôle – ni ailleurs. Ce texte, ironiquement intitulé « La Vérité sur Le Roi des Madrépores »4 , explique les conditions éditoriales qui ont conduit au retard de publication du feuilleton-phare de la gazette.

Résumons. Prenant des allures de roman d’aventure – c’est en effet ce qu’on nous a promis5 –, le récit retrace l’histoire rocambolesque du vol du manuscrit par un certain John Flip, lequel le traduit en anglais, brûle le manuscrit original, avant de faire le tour du monde pour tenter de le vendre aux journaux anglophones les plus établis : le Times, le Harper’s Magazine, le Sydney Herald et le Sydney Daily News, tous prêts, évidemment, à l’acheter à prix d’or. Mais les correspondants de La Vie Drôle, en alerte, tentent d’arrêter le traducteur. Récupéré de justesse avant sa publication dans un périodique australien par W. G. Stevenson, correspondant au Sydney Daily News, le manuscrit traduit est enfin renvoyé – par bateau, ce qui retarde un peu plus encore sa réception en France – à la rédaction du journal dont il serait la propriété exclusive. Pour lire ce roman que le monde entier se dispute, il faudra désormais attendre sa traduction dans sa langue d’origine.

Ce canular pourrait sembler anecdotique, surtout qu’il est publié dans un périodique qui l’est tout autant, s’il ne condensait à lui seul tous les travers de la viralité de la traduction, mais aussi les coulisses du champ médiatique et leurs artifices, que les auteurs chatnoiresques n’ont de cesse d’exhiber et de dévoyer. Dans les faits, Allais ne parvient pas à rendre son texte à temps du fait d’une aptitude certaine à la procrastination, ainsi que d’un séjour loin de Paris et de ses activités journalistiques6 . Il reste qu’il est frappant que celui-ci recoure précisément à la question de la traduction comme prétexte. Rondement mené, ce récit met en scène de façon littérale la circulation médiatique frappée d’imprévisibilité. Une circulation qui, normalement, dépasse le cadre des petites revues. Les éléments spécifiques à la publication de traduction dans les périodiques sont massivement mobilisés comme la possibilité de reproduire un texte dans un grand nombre de numéros, sa traduction sauvage, sa valeur économique, les questions de propriété littéraire, ou les rapports entre les journalistes à une échelle désormais internationale, par le biais de correspondants. Singeant la portée internationale de son réseau et de l’intérêt conféré à ses productions, La Vie Drôle se positionne à rebours dans ce champ en pleine expansion.

Ce faisant, Allais torpille l’opposition entre cosmopolitisme et nationalisme, que la presse relaie7 . Il n’est nullement question de savoir si un texte en anglais ne serait pas publiable en France, et inversement. Les modalités géographiques, distendues au maximum ici, ainsi que les impasses linguistiques afférentes, sont renversées au profit du paradigme temporel, tout aussi contraignant en régime médiatique. Si la traduction du Roi des Madrépores tarde à venir, ce n’est plus de son ressort : il renvoie la balle à deux collaborateurs de La Vie Drôle, Paul Fabre et Maurice O’Reilly8 , « traducteurs jurés du M. T. B. S. ». Traduction ? Mean Time Between Sorties, peut-être… Pour sûr, cette aventure fumiste et expérimentale aura conduit à mener en bateau le lecteur !

Ces drôles de traductions prêtent-elles à rire ? Sans nul doute, elles font de la traduction un topos littéraire et médiatique supplémentaire à déconstruire. La petite presse satirique fin de siècle est-elle toujours si peu encline à offrir à son lectorat des traductions ?

À suivre !

Cite this article as: Caroline Crépiat, "Drôles de traductions – Une parodie de la circulation médiatique des traductions : La Vie Drôle (1893-1894)" in Melliflux décadent, 10/01/2020, https://mellifluxdk.hypotheses.org/264.

  1. Le terme est d’Allais lui-même, dans une Lettre à Salis ([non datée, n° 159], Cher Monsieur vous-même ! – Correspondance 1875-1905, Préface et notes de François Caradec, Paris, Fayard, 1999, p. 157). []
  2. Voir notre article sur la question : « Mener la vie dure au Chat Noir : La Vie Drôle (novembre 1893-février 1894) », Caroline Crépiat, Denis Saint-Amand, Julien Schuh (dir.), Poétique du Chat Noir, actes du colloque ayant eu lieu à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris les 6 et 7 décembre 2018 (à paraître). []
  3. Mais est-ce seulement Allais qui « signe » ou Allais que l’on salue ? Rien n’est moins sûr : cela pourrait tout aussi bien être Auriol, lequel avait repris le flambeau du Captain dans Le Chat Noir en août 1893 – initié par Allais fin 1892 –, ou tout autre collaborateur, afin de perpétuer cette scie rituelle lancée quelques mois plus tôt, dans un but de cohésion de groupe. Toujours est-il qu’un ouvrage doit déjà être en cours d’écriture sous la plume d’Allais : Le Captain Cap : ses aventures, ses idées, ses breuvages a paru chez Juven en 1902. []
  4. [Anonyme], « La Vérité sur Le Roi des Madrépores », La Vie Drôle, n° 9, 20 janvier 1894, p. 7. []
  5. « Grand roman psychologique et d’aventure » sert de sous-titre publicitaire à ce roman. []
  6. Il s’est en effet absenté de Paris, séjournant à Nice et à Cannes, en décembre 1893 et janvier 1894. []
  7. Maurice Barrès, « La Querelle des nationalistes et des cosmopolites », Le Figaro, 4 juillet 1892. []
  8. Ils sont tous deux acteurs du très cosmopolite journal Paris-Canada. []

Drôles de traductions – Subvertir la traduction à la fin du XIXe siècle : Le Chat Noir (1882-1897)

Pour qui fréquente La Revue blanche ou Le Mercure de France, ou encore des journaux à plus fort tirage tels que La Revue des Deux Mondes, la pratique de la traduction en langue française dans les périodiques fin-de-siècle semble foisonnante et s’intensifie à partir des années 1890. Elle signe l’évolution du statut de la traduction et du texte étranger dans le champ littéraire, mais aussi au sein de la culture médiatique. Cette pratique, dominée par les œuvres contemporaines de langue anglaise, allemande et russe, s’inscrit dans un cosmopolitisme global. Aux yeux de ses producteurs, l’importation de la littérature étrangère contribuerait à un renouveau du paysage littéraire. Plus encore, cette démarche entre en corrélation avec la ligne éditoriale de périodiques d’avant-garde, propagateurs également, dont la vocation est de publier de l’inédit, puisque la traduction est alors considérée comme telle. Évidemment, une telle abondance de matières ne saurait passer inaperçue et devient rapidement l’objet de parodies, dans les colonnes de la petite presse elle-même. Du moins, à notre connaissance, dans celles du journal Le Chat Noir – on pourrait étendre l’analyse à la presse satirique de la période qui nous intéresse pour en mesurer la spécificité. Le périodique humoristique ne se conçoit en effet pas comme un lieu permettant ce type de publication. En particulier, un journal tel que Le Chat Noir qui se cristallise autour de son lieu de vie, Montmartre, revendiqué comme une République indépendante – tandis que Paris est conçue comme une contrée lointaine et étrangère, aux mœurs aussi absurdes que caduques. Dès le premier numéro, le journal s’affirme en tant qu’« Organe des intérêts de Montmartre », formulant explicitement sa dimension territoriale – à l’aune de l’animal auquel il emprunte son nom –, tout en ne dissimulant pas sa volonté impérialiste de faire de Montmartre « le centre du monde »1. Sans surprise, donc, une évaluation de la place de la littérature étrangère traduite dans le Chat Noir nous amène au constat qu’elle est rarissime, voire quasiment inexistante, y compris dans la rubrique bibliographique hebdomadaire censée rendre compte des dernières parutions. Il convient d’ailleurs de souligner que des collaborateurs actifs au sein de ce périodique, tels Verlaine ou Gabriel de Lautrec, ont traduit et publié des auteurs étrangers, plus précisément anglophones, mais dans d’autres journaux2. L’enjeu de ce billet est d’analyser la posture chatnoiresque face à ce pullulement de traductions et d’observer dans quelle mesure cette subversion permet plus largement de tourner en dérision le champ médiatique lui-même.

Les Îles britanniques vues du Chat Noir. Avenet, Ferdinand (Ferdinandus), « Dieu et mon Droit ! », Le Chat Noir, 13 septembre 1884 .

Traduire : le clou du modernisme ?

Revenons d’abord sur la traduction telle qu’elle est conçue par les auteurs du Chat Noir. Pour eux, elle est liée à l’enseignement et au passé : elle évoque avant tout l’exercice scolaire ennuyeux de la version grecque ou latine. Les souvenirs d’école émaillent les textes à ce sujet : « − Et nous, nous végétons, à l’ancre / Dans l’encre / Et le latin, égaux fléaux ! »3. C’est en effet un exercice rigide, à la solution absolue, dans la mesure où tout écart par rapport à la norme est sanctionné comme une faute. Une nouvelle d’Alphonse Allais4 présente ainsi les tentatives d’une classe de faire varier la traduction attendue, mais prévisible, répétitive, ritualisée, pour ne pas dire insensée, en la modernisant, au profit d’« interprétations audacieuses », car anachroniques, ce qui « fai[t] pousser à [leur professeur] de sourds gémissements » :

« Un beau jour, dans une version latine, s’était présenté le mot onera, pluriel de onus, qu’on traduit le plus souvent par fardeau. Ce fardeau commençait à m’horripiler. Pour changer un peu, je traduisis bagages. […] Puer était constamment traduit chez [Maurice] par gosse, lætitia par rigolade, et quand on croyait trouver dans sa version une courtisane d’une grande beauté, il fallait s’attendre à lire une cocotte extrêmement chic. »

Le procédé est décliné et toute une gamme de variantes devient opérante pour un même mot latin : « Le pauvre onus surtout n’y coupait pas. On était arrivé à employer malles, valises, paquets, etc. » Plus encore qu’un refus de prendre au sérieux tout discours, la réactualisation opérée épingle en réalité la manière de l’époque de traduire de façon littérale, mot à mot, tout texte qui se présente, quitte à en sacrifier la qualité5 , voire à le rendre inintelligible.

Cette prise de distance avec le texte original, preuve d’indiscipline ici, fait par ailleurs écho à une modalité de traduction en vogue à la fin du XIXe siècle : il n’est pas seulement question de traduire, il peut s’agir d’adapter, d’écrire « d’après », ou encore de « traduction libre ». Ce dernier marqueur de traduction est, selon les statistiques offertes par la base de données « Intraduction – Traduire en français, 18e-19e siècles »6 , sur la période couvrant la parution du Chat Noir, 1882-1897, peu usité (seulement 3,4%). S’il s’agit des résultats d’un dépouillement des titres publiés en ouvrages, et non en revues, voire petites revues, cela indique malgré tout une tendance. C’est d’ailleurs précisément pour ce marqueur-là qu’optent principalement les traducteurs chatnoiresques. Non pas tant par souci de la rareté ou du geste marginal, mais bien parce que l’intitulé du marqueur lui-même semble absurde, et sans doute affecté. C’est ainsi « librement » qu’est traduit un conte de Mather Smith par Alphonse Allais7 ; hâtivement, au vrai, puisque l’original est publié le même mois dans le Harper’s Magazine. Maurice Curnonsky, lui, fait d’une « traduction plutôt libre » des vers d’« un ancêtre de Leconte de Lisle », Lucrèce, la chute humoristique d’une de ses chroniques8 , en reprenant la méthode des collégiens allaisiens. « Libre » : cette épithète est alors sur toutes les bouches, et surtout accolée à toute innovation artistique. Songeons au vers libre, dont la querelle fait alors rage emmi les gens de lettres, ou encore au Théâtre-Libre d’Antoine. La « traduction libre » serait-elle le comble du modernisme ? Son « clou », selon le mot de l’époque ?

Peut-être, car à tout prendre, autant l’enfoncer davantage et procéder au dérèglement de ses codes dans leur globalité, de sa production à sa publication. Ainsi la seule mention de « traduction » suffit-elle à signaler l’absurde du texte à venir et à déclencher le rire. Alphonse Allais moque cette pratique par l’annihilation de l’opération de traduction elle-même, laquelle consiste à passer d’une langue à une autre. Le syntagme « traduit de », qui constitue l’appareil péritextuel de convention, afin d’expliciter la langue d’origine du texte, se trouve dévoyé dans « Poème morne – Traduit du suisse »9 . Placé ironiquement sous l’égide de la négation – de toute traduction, donc, mais aussi du rire, laquelle est reconduite tout au long du texte, et ce dès la dédicace à son pair humoriste : « Pour qu’Auriol pleure » –, le poème prend les traits définitoires de la blague, c’est-à-dire qu’il « cache moins une présence qu’[il] n’exhibe une absence »10 . Comme toute bonne blague, Allais s’amuse à la répéter, notamment à l’occasion de la publication du texte en recueil quelques années plus tard11 : « Poème morne » est alors « traduit du belge ». Une telle mystification, organisée « dans la connivence et la surenchère »12 , puisqu’elle est réservée aux lecteurs du Chat Noir, renvoie à la posture provocatrice de l’esthétique fumiste :

« Faire sentir à quelqu’un, dans une assemblée nombreuse, par une série de mots, qu’il est un imbécile, c’est le propre de l’esprit. Abonder dans son sens et lui faire donner la quintessence même de son imbécillité, c’est le propre même du fumisme. »13

La traduction se trouve dès lors propulsée dans un entre-deux, entre la mise à distance fumiste et le réarrangement en demi-teinte, subversif, renvoyant dos à dos l’académisme rigide de la pratique et la platitude des traductions produites par les avant-gardes se revendiquant du cosmopolitisme, pour en faire jaillir le vide.

Graecum est, non legitur 

Puisque traduire un texte suppose de rendre le texte d’origine compréhensible au lectorat d’une autre langue, il s’agit pour le collectif du Chat Noir de faire usage de la traduction pour le rendre, précisément, illisible. Manière comme une autre de « mettre le monde à l’envers »14 . Non content de faire paraître des traductions fumeuses, Le Chat Noir s’amuse à compromettre toutes leurs possibilités de lecture. Ce sont par exemple des annonces de traductions à paraître qui n’existent pas, tels que les Contes du Chat Noir par Rodolphe Salis, soi-disant traduits en russe à la demande de l’empereur de Russie15 ou « la traduction du Bottin en chinois, ouvrage entrepris depuis longtemps… »16 , par un Henry Somm atteint de « japonisme aigu »17 . Ce dernier exemple tend à montrer combien un traducteur peut être dénué de bon sens, au vu des critères de sélection absurdes qui président au choix des œuvres qu’il décide de traduire. Dans Le Chat Noir, le texte est parfois directement publié en tant que traduction bien qu’il en soit l’unique version. C’est le cas de certaines chroniques théâtrales de Willy dont l’une d’elles est rédigée directement dans un grec de son invention. L’auteur joue alors sur le décalage provoqué par le remplacement de chaque lettre – ou presque – du texte français par son équivalent en alphabet grec :

« Σάνϛ ϰὅντἔστέ ῖλ φαὖτ λοὓερ λ’εξ-Εδεν δε νοῢς δόννερ Lysistrata, πρίμο παρϰε ϰῢε νότρε άμι Δόννη ρέγὄργἑ δε τάλἕντ, πύις παρϰε ϰῢε σόν ὰριστόφἁνεσϰῢε φάνταῒσιε ἵνσπΐρα à Fernand Vanderem ύνε πάγε ἐλοϰΰέντε σΰρ λέ περε δες Φὄλλίϰῢλαιρες ϰὀμμε ίλ λ’ἂππἔλλε »18

Au-delà de la diversité exotique des langues invoquées, on notera la constante du choix linguistique : le russe, le chinois, le grec, soit des langues dont les alphabets respectifs prennent des formes hiéroglyphiques – aux yeux du profane, ou philistin. En régime de mystification, leur lisibilité distinction est brouillée. Si bien que le lecteur, nous l’avons détaillé ailleurs19 , convié à la fête, se doit de prendre à son tour un masque, celui d’un « Œdipe chatnoiresque »20 , afin de déchiffrer, deviner, lire entre les lignes. Ou ne rien lire du tout, comme semblent le souligner les derniers mots d’une autre chronique théâtrale de Willy21 , cette fois entièrement rédigée en latin, « Graecum est, non legitur » en soulignant le jeu sur les langues et l’histoire,reprenant une locution prêtée aux « anciens commentateurs ou glossographes du droit civil, qui n’entendant point le grec, passaient tous les mots de cette langue à mesure qu’ils les trouvaient dans leur chemin, sans en pouvoir donner l’explication »22 . Il est vrai qu’un pavé en latin donne furieusement envie de le sauter, et de ne pas y revenir. Et le consensus chatnoiresque de ne traduire que dans le but de se jouer des nouvelles règles en cours au sein du champ littéraire, tout en amusant la galerie, semble inviter le lecteur à telle passade

S’appuyant sur sa réputation d’humoriste, ainsi que sur l’attente du lecteur du Chat Noir, Willy trouve en réalité un moyen de déjouer la censure afin de publier une chronique portant sur la pièce très controversée de Gabriel Mourey, Lawn-Tennis, lequel n’a pu, de ce fait, la faire représenter en 1891 au Théâtre-Libre, Antoine craignant un scandale – à cause des scènes jugées osées – qui aurait conduit à la fermeture de son théâtre23 . Cette pièce en un acte traite en effet de saphisme en milieu aristocratique, aboutissant à l’étranglement d’une des protagonistes par sa maîtresse. Sous couvert de la langue étrangère, Willy prend position, dans le but de défendre Mourey, car cette affaire est débattue dans la presse : il traduit un passage de la lettre de dédit d’Antoine adressée au dernier moment à Mourey. Preuve supplémentaire, s’il en est, de l’imposture de la fameuse épithète « libre », de la part d’un théâtre qui se targue d’innovation et d’audace ! Et Willy saisit l’occasion qui lui est donnée de glisser dans sa chronique la description d’une des scènes saphiques :

« Quaedum flebiliter effundit, insano quodam amore inflammata Camilla, invitam Helenam amplectitur, osculum osculo admovet, et cum singultibus, corpori corpus permiscet. »24

Il est bien question ici, de façon métalangagière, de subvertir la traduction, c’est-à-dire de manipuler la langue étrangère pour la rendre indécente. Una atque eadem opera aliquid facere! Inévitablement pourtant, une telle atteinte aux bonnes mœurs est épinglée par les défenseurs de l’ordre moral fin-de-siècle, qui semblent ne pas avoir perdu leur latin. Ce à quoi Rodolphe Salis, le gentilhomme cabaretier et directeur du journal, répond, deux semaines plus tard, dans un encart, menaçant de faire paraître tout Le Chat Noir « en latin, voire même en arabe, si cela ne suffit pas », si « ces messieurs du parquet » osent encore « blâmer [leur] façon d’être gais »25 .

Malgré le recours à une langue morte, ce sont ici les mécanismes de la modernité littéraire qui sont mis à nu. En brouillant les pistes, il s’agit, pour le collectif, d’occuper une position fumiste. En effet, on ne sait plus trop si Le Chat Noir dénonce une imposture, en tournant la traduction en mystification, ou s’il adhère à cette pratique, en la réinvestissant et, ce faisant, en la relayant, par la mise en scène d’un collectif prêt à en faire une marque distinctive. Pourtant, qu’elle ménage un (faux) engagement, un canular ou une menace, la traduction chatnoiresque tarde systématiquement à venir. Plus précisément, cette mise à distance temporelle de la traduction fait système. Elle participe de la blague, mais également s’institue à contre-courant de la cadence de production quasi-industrielle des traductions – qu’il s’agit de critiquer –, s’appuyant sur celle de la parution en périodique. Prendre ses libertés avec une traduction qui ne paraîtra jamais, prétexte répété à ce délai, prétexte à la procrastination de l’auteur également, renouvelle et renforce la posture fumiste par excellence.

Dans une dynamique à la fois d’avant-gardisme et de différenciation, subvertir la traduction est un moyen comme un autre de se saisir d’une pratique qui agite alors le champ littéraire et médiatique. Si la parodie est très prégnante à la fin du XIXe siècle, en particulier dans Le Chat Noir qui en fait un principe d’écriture, celle relevant spécifiquement de la traduction et de ses codes semble plus marginale. Les textes rapportés ici ne sont pas que des exemples choisis ; ils constituent en tout et pour tout un micro-corpus au sein de ce journal, qu’il convenait d’examiner. Ils ont cependant permis de révéler une posture alternative à celle du cosmopolitisme tel qu’il est décrié à l’époque par les nationalistes. Plutôt qu’attaquer, Le Chat Noir biaise : il s’agit de contourner le débat qui anime le champ littéraire et médiatique au tournant des années 1890 et de le désamorcer par un constant décalage. Ces auteurs prennent un malin plaisir, d’une part, à occulter les traductions des langues courantes (l’anglais par exemple), lui préférant les langues mortes, d’autre part, à proposer leur propre version, « moderniste », par un traitement fantaisiste, à grand renfort de couacs linguistiques et de dissociations entre l’énoncé et l’énonciation. Par cette opération de mise à distance proprement fumiste du texte, la cible est simultanément plus globale et plus difficile à cerner. Ce sont plus précisément les institutions dominantes, qui à la fois font usage de la pratique de la traduction et en diffusent les productions – l’école, la littérature, la presse, le domaine du spectacle –, qui sont visées. Par cette démarche réflexive, geste marginal dans la presse fin-de-siècle, Le Chat Noir soulève néanmoins de réels questionnements sur la pratique de la traduction, ses codes et son statut, et en cela, involontairement sans doute, précède ses contemporains. Enfin, nous assistons à une thématique traitée de façon épisodique dans l’histoire du périodique qui nous intéresse. Après la défection massive de la rédaction courant 1893, et son rapatriement dans un premier temps au sein de La Vie Drôle – nous y reviendrons –, la politique éditoriale du Chat Noir délaisse la subversion tous azimuts, pour se tourner davantage vers la « bonne chanson française », alors même que l’on assiste à une « restructuration importante du champ littéraire que l’on peut résumer par le terme de transnationalisation »26 après 1895. À force de procrastination et d’école buissonnière, Le Chat Noir a raté le train en marche ! Cette étude, portant certes sur un point anecdotique de la poétique chatnoiresque, met malgré tout en lumière l’ancrage du Chat Noir dans ce qui se faisait dans les années 1880-1890, que ce soit esthétiquement ou médiatiquement. Déjà ébranlé par sa revente en 1893, puis par la mort de Salis début 1897 et la fermeture du cabaret qui en découle, lequel lui apportait par sa renommée et son statut une publicité oblique, le journal cesse toute publication à l’automne 1897. On est en droit de se demander s’il aurait pu passer l’année 1900 et perdurer dans le champ médiatique, tant il semble, paradoxalement, passer à côté des attentes contemporaines des nouvelles avant-gardes et du lectorat afférent, en particulier l’ouverture sur les littératures étrangères, désormais incontournable.

Dans un prochain post, un autre périodique chatnoiresque – parfaitement ! – sera traité.

Cite this article as: Caroline Crépiat, "Drôles de traductions – Subvertir la traduction à la fin du XIXe siècle : Le Chat Noir (1882-1897)" in Melliflux décadent, 06/01/2020, https://mellifluxdk.hypotheses.org/216.

  1. Jacques Lehardy [Clément Privé], « Montmartre », Le Chat Noir [abrégé dans ces notes en CN], n° 1, 14 janvier 1882. []
  2. Paul Verlaine a ainsi traduit quatre poèmes d’Arthur Symons, publiés dans La Revue encyclopédique (1895), republiés dans Vers et prose, dans le fascicule de décembre 1905 – janvier – février 1906 ; « en outre ! » de plusieurs traductions de Twain, Havelock Ellis et Oscar Wilde (avec Henry-D. Davray) publiés au Mercure de France, Gabriel de Lautrec a traduit Matthew Phipps Shiel pour Je sais tout, magazine encyclopédique illustré (1911-1912). Seul Allais fait paraître en Une, par deux fois, la traduction d’humoristes américains, notamment Mark Twain : « Histoire du petit Stephen Girard », CN, n° 454, 27 septembre 1890, republiée dans Le Parapluie de l’escouade, Paris, Ollendorff, 1893. []
  3. N. Lorédan, « Sonnet de potache », CN, n° 343, 11 août 1888. []
  4. Alphonse Allais, « Modernisme », CN, n° 176, 23 mai 1885. []
  5. En effet, que penser des traductions, abondantes, d’Henry-D. Davray ? Entre autres. []
  6. http://intraduction.huma-num.fr/ []
  7. Alphonse Allais, « Santa Clau’s mistake (by gouverneur M. Smith) (Traduit (librement) de l’américain par Alphonse Allais) », illustrations par Henry Somm, CN, n° 363, 29 décembre 1888. []
  8. Maurice Curnonsky, « La Chute de l’A privatif », CN, n° 682, 16 février 1895. []
  9. Alphonse Allais, « Poème morne – Traduit du suisse », CN, n° 368, 2 février 1889. []
  10. Nathalie Preiss, « De « Pouff » à « Pschitt » ! – De la blague et de la caricature politique sous la monarchie de juillet et après… », Philippe Hamon (dir.), Blague et supercheries littéraires, Romantisme, n° 116, Paris, SEDES, 2002, p. 5. []
  11. Alphonse Allais, « Poème morne – Traduit du belge », Le Parapluie de l’escouade, Paris, Ollendorff, 1893, p. 87-93. []
  12. Daniel Grojnowski, « Présentation », Daniel Grojnowski, Bernard Sarrazin, L’Esprit fumiste et les rires fin de siècle, Paris, José Corti, 1990, p. 10. []
  13. Georges Fragerolle, « Le Fumisme », L’Hydropathe, 2e année, n° 8, 12 mai 1880. []
  14. Bernard Sarrazin, « Présentation », Daniel Grojnowski, Bernard Sarrazin, op. cit., p. 36. []
  15. CN, n° 521, 9 janvier 1892. []
  16. Mélandri, « Henry Somm », CN, n° 47, 2 décembre 1882. []
  17. Id. []
  18. Willy, « Le Chat Noir au Théâtre », CN, n° 573, 7 janvier 1893. []
  19. Lire notre article « Donner sa langue aux lecteurs du Chat Noir », Elina Absalyamova, Valérie Stiénon (dir.), Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle, Limoges, Presses Universitaires de Limoges, coll. « Médiatextes », 2018, p. 255-267. []
  20. Jules Jouy, « Casse-tête hebdomadaire », CN, n° 138, 30 août 1884. []
  21. Willy, « Le Chat Noir au Théâtre », CN, n° 519, 26 décembre 1891. []
  22. Jean Le Rond D’Alembert, Denis Diderot (dir.), « Transeat », L’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, t. 16, Neuchâtel, Samuel Faulche, 1751, p. 546. []
  23. Dans Le Mercure de France (1891, t. 3, p. 361-362), Pierre Quillard signe un compte rendu de l’ouvrage publié la même année chez Tresse et Stock, en recourant également au latin. []
  24. Notre traduction, ouverte à toute proposition d’amélioration : Alors même qu’elle s’effondrait en pleurant, Camille se sentit follement excitée, elle enlaça Hélène, colla sa bouche à la sienne, et dans des halètements, son corps se mêla au sien. Un mois plus tard, cette chronique, au latin retravaillé, est publiée dans La Plume (n° 67, 1 février 1892), sous le titre plus explicite de « Lawn-Tennis », mais paraît amputée de sa chute chatnoiresque. Il ne s’agit plus de plaisanter, sans doute. La version de la scène parue dans La Plume semble plus érotique encore, l’amour étant entre autres remplacé par l’ardeur : « Quaedum, insano quodam ardore inflammata ; flebiliter effundit Camilla, Helenam invitam amplectitur, osculum osculo applicat, et cum singultibus, corpori corpus permiscet. » []
  25. Rodolphe Salis, « Simple avis », CN, n° 522, 16 janvier 1892. []
  26. Blaise Wilfert-Portal, « La “querelle du cosmopolitisme” des années 1890 – Une perspective socio-historique », Anne Cadin, Perrine Coudurier, Jessica Desclaux, Marie Gaboriaud, Delphine Nicolas-Pierre (dir.), Romans et récits français, entre nationalisme et cosmopolitisme, Paris, Classiques Garnier, coll. « Rencontres », 2017, p. 90 . La transnationalisation, terme lié à ses débuts à l’économie et au néolibéralisme, est une émancipation politique, économique, mais aussi intellectuelle, culturelle, vis-à-vis des logiques de territoire. []