Archives par mot-clé : La Vie Drôle

Drôles de traductions – Une parodie de la circulation médiatique des traductions : La Vie Drôle (1893-1894)

La Vie Drôle, gazette chatnoiresque, est un périodique à la fois issu du Chat Noir et son dissident, suite à la vente du journal Le Chat Noir à un « monsieur quelconque »1 et au déménagement de celui-ci à un bon kilomètre au sud du cabaret2 . N’ayant pu racheter le journal malgré de multiples tentatives – d’intimidation, même ! –, Alphonse Allais et George Auriol lancent le leur fin 1893.

Frontispice de La Vie Drôle. La gazette se trouve à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris.

La Vie drôle se trouve ainsi alimentée par la fine équipe du Chat Noir d’avant 1893, parmi lesquels Willy, Franc-Nohain, Haraucourt, Dépaquit, Gabriel de Lautrec ou Georges Delaw, et s’organise au sein du cabaret. S’il ne s’agit pas simplement de perpétuer le réel esprit chatnoiresque, puisque la ligne éditoriale se pare d’atours qui se veulent « nouveaux », au niveau de la mise en page et de l’espace offert aux arts graphiques notamment, pour ce qui concerne l’objet de ce carnet de recherches, la traduction, la gazette reprend la ligne éditoriale subversive du Chat Noir, tout en en jouant à l’échelle du journal, prolongeant ainsi les parodies de son prédécesseur.

La subversion de la traduction prend en effet une nouvelle dimension dans La Vie Drôle, gazette chatnoiresque. Ce périodique dont l’existence est brève – seulement onze numéros hebdomadaires – est aussi un terrain de jeu revendiqué par ses auteurs comme étant plus expérimental que ne l’a été Le Chat Noir, dans le but affiché de se démarquer de celui-ci. Une mystification est ainsi reconduite de numéro en numéro. La gazette ne cesse de promettre au lecteur un fabuleux feuilleton à venir dans ses colonnes, Le Roi des Madrépores, et ce sans jamais en citer l’auteur, bien qu’on ne le devine – Alphonse Allais –, le titre étant le nom du bateau du Captain Cap 3 . Amené à grands renforts de réclames, jusqu’à parasiter ingénieusement la trame du journal, à interrompre une histoire ou à servir d’entracte entre deux textes, un texte finit par paraître, qui n’est pas celui que l’on attend : Le Roi des Madrépores ne sera jamais publié dans La Vie Drôle – ni ailleurs. Ce texte, ironiquement intitulé « La Vérité sur Le Roi des Madrépores »4 , explique les conditions éditoriales qui ont conduit au retard de publication du feuilleton-phare de la gazette.

Résumons. Prenant des allures de roman d’aventure – c’est en effet ce qu’on nous a promis5 –, le récit retrace l’histoire rocambolesque du vol du manuscrit par un certain John Flip, lequel le traduit en anglais, brûle le manuscrit original, avant de faire le tour du monde pour tenter de le vendre aux journaux anglophones les plus établis : le Times, le Harper’s Magazine, le Sydney Herald et le Sydney Daily News, tous prêts, évidemment, à l’acheter à prix d’or. Mais les correspondants de La Vie Drôle, en alerte, tentent d’arrêter le traducteur. Récupéré de justesse avant sa publication dans un périodique australien par W. G. Stevenson, correspondant au Sydney Daily News, le manuscrit traduit est enfin renvoyé – par bateau, ce qui retarde un peu plus encore sa réception en France – à la rédaction du journal dont il serait la propriété exclusive. Pour lire ce roman que le monde entier se dispute, il faudra désormais attendre sa traduction dans sa langue d’origine.

Ce canular pourrait sembler anecdotique, surtout qu’il est publié dans un périodique qui l’est tout autant, s’il ne condensait à lui seul tous les travers de la viralité de la traduction, mais aussi les coulisses du champ médiatique et leurs artifices, que les auteurs chatnoiresques n’ont de cesse d’exhiber et de dévoyer. Dans les faits, Allais ne parvient pas à rendre son texte à temps du fait d’une aptitude certaine à la procrastination, ainsi que d’un séjour loin de Paris et de ses activités journalistiques6 . Il reste qu’il est frappant que celui-ci recoure précisément à la question de la traduction comme prétexte. Rondement mené, ce récit met en scène de façon littérale la circulation médiatique frappée d’imprévisibilité. Une circulation qui, normalement, dépasse le cadre des petites revues. Les éléments spécifiques à la publication de traduction dans les périodiques sont massivement mobilisés comme la possibilité de reproduire un texte dans un grand nombre de numéros, sa traduction sauvage, sa valeur économique, les questions de propriété littéraire, ou les rapports entre les journalistes à une échelle désormais internationale, par le biais de correspondants. Singeant la portée internationale de son réseau et de l’intérêt conféré à ses productions, La Vie Drôle se positionne à rebours dans ce champ en pleine expansion.

Ce faisant, Allais torpille l’opposition entre cosmopolitisme et nationalisme, que la presse relaie7 . Il n’est nullement question de savoir si un texte en anglais ne serait pas publiable en France, et inversement. Les modalités géographiques, distendues au maximum ici, ainsi que les impasses linguistiques afférentes, sont renversées au profit du paradigme temporel, tout aussi contraignant en régime médiatique. Si la traduction du Roi des Madrépores tarde à venir, ce n’est plus de son ressort : il renvoie la balle à deux collaborateurs de La Vie Drôle, Paul Fabre et Maurice O’Reilly8 , « traducteurs jurés du M. T. B. S. ». Traduction ? Mean Time Between Sorties, peut-être… Pour sûr, cette aventure fumiste et expérimentale aura conduit à mener en bateau le lecteur !

Ces drôles de traductions prêtent-elles à rire ? Sans nul doute, elles font de la traduction un topos littéraire et médiatique supplémentaire à déconstruire. La petite presse satirique fin de siècle est-elle toujours si peu encline à offrir à son lectorat des traductions ?

À suivre !

Cite this article as: Caroline Crépiat, "Drôles de traductions – Une parodie de la circulation médiatique des traductions : La Vie Drôle (1893-1894)" in Melliflux décadent, 10/01/2020, https://mellifluxdk.hypotheses.org/264.

  1. Le terme est d’Allais lui-même, dans une Lettre à Salis ([non datée, n° 159], Cher Monsieur vous-même ! – Correspondance 1875-1905, Préface et notes de François Caradec, Paris, Fayard, 1999, p. 157). []
  2. Voir notre article sur la question : « Mener la vie dure au Chat Noir : La Vie Drôle (novembre 1893-février 1894) », Caroline Crépiat, Denis Saint-Amand, Julien Schuh (dir.), Poétique du Chat Noir, actes du colloque ayant eu lieu à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris les 6 et 7 décembre 2018 (à paraître). []
  3. Mais est-ce seulement Allais qui « signe » ou Allais que l’on salue ? Rien n’est moins sûr : cela pourrait tout aussi bien être Auriol, lequel avait repris le flambeau du Captain dans Le Chat Noir en août 1893 – initié par Allais fin 1892 –, ou tout autre collaborateur, afin de perpétuer cette scie rituelle lancée quelques mois plus tôt, dans un but de cohésion de groupe. Toujours est-il qu’un ouvrage doit déjà être en cours d’écriture sous la plume d’Allais : Le Captain Cap : ses aventures, ses idées, ses breuvages a paru chez Juven en 1902. []
  4. [Anonyme], « La Vérité sur Le Roi des Madrépores », La Vie Drôle, n° 9, 20 janvier 1894, p. 7. []
  5. « Grand roman psychologique et d’aventure » sert de sous-titre publicitaire à ce roman. []
  6. Il s’est en effet absenté de Paris, séjournant à Nice et à Cannes, en décembre 1893 et janvier 1894. []
  7. Maurice Barrès, « La Querelle des nationalistes et des cosmopolites », Le Figaro, 4 juillet 1892. []
  8. Ils sont tous deux acteurs du très cosmopolite journal Paris-Canada. []